L'abordage de l'affaire de Rennes-le-Château comme aucun connaisseur de l'affaire ne l'a encore vu. Après ces 3 photos et leur explication, je reprendrai sur cette page le chapitre 12 de mon dernier livre intitulé précisément: "l'affaire de Rennes-le-Château, qu'en dit la mémoire de la nature?"

...plus précisément au Sud de Rome près de la Méditérannée, depuis la base militaire que le Vatican sous-traite à l'Italie pour ses opérations spéciales.....

 

Pour plus de précisions sur Flight Radar, voir ma page A vérifier soi-même. C'est avec cet outil que j'ai pu vérifier certaines de mes intuitions concernant les épandages aériens clandestins dont je parle d'ailleurs sur plusieurs autres pages, comme Bugs climatiques ou La mafia du climat ou encore chemtrails: inédits.

Mais dans cette page, le sujet sera tout autre. Sur cette capture d'écran de Flight Radar, c'est la destination de cet avion de l'armée de l'air italienne en mission commanditée par le Vatican qu'il faut voir. L'avion arrive pile juste dans les environs de Rennes-le-Château, à peine au Sud au dessus du village d'Axat, mais c'est difficile d'être précis à moins de 10/20Km sur une France à aussi grande échelle! (point bleu de fin de trajectoire au moment de la capture d'écran, sous le cadre blanc indiquant IAM1429, le N°du vol)

Donc, l'avion parti du Sud de Rome comme on le voit sur la 3ème photo, arrive sur cette photo au dessus-de Rennes-le-Château / Axat. La suite, photo suivante

2 heures à tourner dans une zone de 50Km sur 150 environ, à 372Kt (689 Km/h) ça fait 1400Km dans ce petit ovale au dessus du Razès/Minervois....

La trajectoire et l'heure affichée en haut à gauche de chaque photo indique que l'avion a tourné pendant 2 heures au dessus d'une zone centrée sur Rennes-le-Château et s'étendant jusqu'à Carcassonne / Mazamet au Nord, les Pyrénées Orientales au Sud, beaucoup plus étroite dans le sens Est/Ouest, environ 50Km avec Rennes-le -Château au milieu (de ce plan Est/Ouest; le milieu du plan Nord/Sud se situant plutôt vers Limoux, au Nord de RLC.)

 

Qu'est-ce que cet avion est venu faire au dessus de la zone de l'affaire qui nous occupe? Observer? Prendre des photos? A 689Km/h, bien que ce soit du vol lent pour ce type d'avion, c'est pas l'outil idéal, un hélicoptère ou un avion de reconnaissance plus lent à turbopropulseurs aurait été mieux indiqué.. Est-il venu faire de l'épandage pour punir les hérétiques? Des neuroleptiques pour les calmer? (je plaisante à moitié) Ou tout simplement réchauffer la zone selon le processus détaillé dans les 3 pages en lien plus haut? Mais dans ce cas, n'importe quel avion équipé géoingéniérie aurait fait l'affaire, venant de n'importe quelle base de l'Otan ou d'une armée voisine.. Alors que celui-ci était envoyé par le Vatican qui ne voit pas la région de l'affaire d'un bon oeil, cette même région ou il avait déjà fait massacrer les Cathares 700 ans plus tôt.. Les vieilles mémoires sont tenaces, un petit gazage au dessus du Razès/Minervois hérétique serait bien dans leur magie noire........ Si vous avez une autre hypothèse, je suis tout ouïe. D'ailleurs 2 commentaires qui viennent d'arriver me donnent l'idée d'une autre hypothèse, et j'en profite pour répondre aux questions de ces 2 commentaires, ce qui est impossible dans une réponse/commentaire limitée à 160 caractères.

Pour répondre à la question de Christian, la réponse est en fait dans le cadre blanc en dessous de la photo de l'avion. C'est vrai que même avec un grand écran, il faut prendre la loupe pour tout lire. On peut donc lire:

Airline: Aeronautica Militare Italiana

Aircraft: Boeing 767 2EYER (B762)

Reg: MM62229

Altitude: 23000ft (7010m)

Speed: 353kt (654Km/h, 408mp/h)

Track:359°

Hex:33FE92

Squawk: 5032

Pos: 42 8521/2 5284 (42 85 est la position d'Antugnac/Luc sur Aude, Rennes le Château doit être à 42 70 environ; 2 52 est nettement plus à l'Est l'avion a du virer à l'Est pour remonter au Nord après le virage au dessus d'Axat qu'on voit sous le cadre blanc de la 1ère photo, cadre qui nous cache la trajectoire bleue vers l'Est au moment de la capture de cette 1ère photo.

Radar: T-F4V

N.B: Les avions militaires n'apparaissent généralement pas sur Flight Radar, sauf s'ils oublient de débrancher leur transpondeur, ce qui était le cas ici puisque le N° de transpondeur est affiché. Cet oubli est peut-être volontaire, pour faire passer l'info, il a fallu le temps mais ça y est! (3ans que j'ai ces photos, j'ai mis le temps à me décider, les auteurs du rapport dont elles sont extraites n'avaient fait aucun rapprochement avec l'affaire des 2 Rennes)

Passons maintenant à la question de Johan: de quand datent les photos? Et bien je n'en sais rien mais il y a des indices. En bas à droite des 3 photos on peut lire à la loupe: Map Data /signe indéchiffrable/ 2012 GeoBasis-DE/BKG signe bizarre 2009, Google Tele Atlas . On pourrait donc supposer que ces photos datent de 2012 puisqu'elles sont apparues dans un rapport de Skyguards de 2014, déposé au parlement européen avec des questions sur la géoingéniérie. Vue la vitesse lente et l'altitude basse pour ce type d'avion, la prise de photos n'est donc pas exclue, surtout si c'était juste avant la "fin du monde de 2012". Je rappelle que ce canular avait été lancé par la CIA dont la surveillance du spitrituel remonte au milieu des années 60. A cette époque, tous les gourous connus d'elle (la CIA) avaient été invités à son siège de Langley (Virginie) pour faire une conférence devant un public d'agents secrets. Suite a cette conférence, les services américains sponsorisèrent médiatiquement les gourous qui arrangeaient son programme de contrôle mental, et isolèrent ceux dont l'enseignement pouvait rendre les gens réfractaires à ce contrôle via l'éveil voire l'initiation. Le mouvement hippie démarra l'année suivante avec le new-âge. Ensuite l'influence de ces services dont la CIA se senti derrière plusieurs tendances new-âgeuses comme les enfants indigo, Kryeon etc... jusqu'à la fin du monde de 2012 qui se cristallisa sur la zone du Bugarach!! La seule question qu'on pourrait se poser pour la France est pourquoi là et pas dans les Alpes ou dans les Monts d'Arée? Sans doute à cause du passé de la région, facteur que la CIA ne maitrisait pas du tout. Au final, l'avion a à peine modifié son altitude et sa vitesse puisqu'à la fin du périple de 1400Km au dessus du Razès, il n'était monté qu'a 7163m et à 372kt, soit 689km/h, avant de remonter à 10000m pour le trajet du retour à Rome. La reconnaissance/photos n'est donc pas exclue si c'était dans cette période 2012. Les 2 hypothèses sont peut-être aussi complémentaires.

La fin, photo suivante.........

Mission terminée, retour à la base, la même qu'au départ.

On voit l'avion où il va atterrir, au moment de la capture d'écran il est seulement à 1746m au dessus de la mer, mais on voit aussi d'où il est parti, puisque la trajectoire entière reste à l'écran tant qu'on ne clique pas sur un autre avion.

Cette façon d'aborder l'affaire montre qu'elle intéresse des instances et sociétés secrètes dans le monde entier. Place maintenant au chapitre 12 de mon dernier livre Errata du 3ème livre 

 

Chapitre 12

 

L’affaire de Rennes le Château : qu’en dit la mémoire de la nature?

 

Pour se détendre un peu avant le vif du sujet, voici quelques synchronicités.

L'abbé Saunière est né en 1852 sous un signe de feu, moi en 1952 aussi sous un signe de feu.

La départementale qui se termine en cul de sac à Rennes-le Château s'appelle la D52. 52 trois fois, 5+2=7, c'est la perfection.

Le père de l’abbé Saunière est né en 1823, le mien en 1923. 

Heureusement pour les morts, ça ne colle plus, sinon je serais déjà mort.

Son père est mort en 1906, le mien en 2007, à 5 jours près, ouf ! . Et l'abbé Saunière en 1917, j'ai déjà dépassé sa durée de vie, avec un mode de vie sain, j'ai court-circuité les synchronicités, car ce qui parvient à la conscience échappe au destin et inversement. 

Marie Dénarnaud a survécu jusqu'au 29 janvier 1953, elle aurait pu me tenir dans ses bras quand j'avais 6 mois : juste ce qu'il faut pour ne pas nous croiser dans le bardo. Mais ça ne m’aurait peut-être pas déplu : faire des fouilles clandestines si jeune, LA NUIT dans un cimetière, quelle femme courageuse !! Et y retourner toutes les nuits à minuit pour se recueillir sur la tombe de son abbé chéri pendant 35 ans ! Moi qui me sent espionné quand je rentre seul dans un cimetière... C'est une héroïne au milieu de tous ces patriarqueux : curés, évêques, maçons-francs, francs-maçons, sionistes, même le pape !! 

L'abbé Saunière est né un 11 (+avril=6) et mort un 22 (+janvier=5) , 5+6=11 encore: 11 et 22, maîtres-nombres des kabbalistes, marquant sa prédestination à aimanter un prieuré de Sion !, et le département de l'affaire, l'Aude, porte le N°11 tandis que le village d'Opoul (Périllos) lié à l'affaire mais du département voisin a pour code postal 66600 ! Bon, assez ri, maintenant soyons sérieux. 

Je ne vais pas relater cette affaire sur laquelle 600 livres ont été écrits, dont des romans, et même un téléfilm (L'Or du Diable) et plusieurs autres films sur DVD. Si vous ne connaissez pas du tout l’affaire, allez d’abord voir des vidéos d’une dizaine de chercheurs différents ou lisez leurs livres, regardez le film, bien qu’issu d’un roman, il révèle de vrais détails au milieu de passages complètement imaginaires (il faut trier). Une fois que vous aurez un peu l’affaire en tête, lisez ce chapitre qui vous donnera peut-être la clé... selon que des mots verrouillants et leurs égrégores bloqueront la compréhension ou pas... 

Pour les personnes qui connaissent déjà bien l'affaire, voici mon résumé inspiré en 1 §, le suivant.

Depuis 2000 ans, les gens aux pouvoirs ont participé à une grande mystification de l'histoire et des religions, combattue par une petite minorité. Un point notamment devait absolument disparaître des textes, je le dévoilerai en exclusivité puisque je ne l'ai lu nulle part. Au sommet des mystificateurs, des initiés orchestraient tout ça pour essayer de faire sortir l'humanité de l'impasse évolutionnaire dans laquelle elle était déjà depuis 3500 à 4000 ans avant J.C. Le ver était donc dans le fruit dès le début du présent ½ cycle d'humanité actuelle, formant avec la moitié précédente un aller/retour, cycle complet de quelques 11000 ans, voilà pourquoi j'appelle notre époque « l'ère inversée ». En exclusivité, vous saurez bientôt quel était ce ver. A l'attention des générations futures et des personnes qui seraient arrivées à un certain degré de conscience et d'évolution nécessaire pour comprendre, des repentis mystificateurs sur leurs vieux jours et des combattants de ce système ont laissé des vérités risquées dans des monuments, des peintures, sous forme codée afin de n'être visible que de ceux qui seraient arrivés à ce niveau de compréhension...et aussi pour ne pas risquer le bûcher à révéler ce que les mystificateurs voulaient cacher aux peuples. Pour faire des mises à jour et remplacer les monuments détruits avec les mêmes codes dans les fresques et l'architecture au cours des siècles, des bâtisseurs furent missionnés et financés grâce à des «fonds secrets» puisés dans des restes de trésors, cachés pour l'époque moderne. Cela revient à dire que dans les sociétés secrètes, il y avait 2 niveaux s'opposant, formant 2 factions. L'une bloquant sur le passé, l'autre proposant une solution pour tenter une sortie pour le peuple mais en gardant le passé pour eux. L'intention était certes de duper les gens pour les forcer à avancer, mais en se réservant une porte de sortie au cas où l'humanité réussirait cette avance et découvrirait la supercherie. Donc depuis 2000 ans, des générations de codeurs se sont relayées et succédées pour transmettre des vérités dans l'ère du faux qui caractérise l'humanité depuis le déluge d'il y a 5500 ans. La façon de percevoir le monde évoluant avec les siècles, plus un codage est ancien, moins il est compréhensible, et c'est pourquoi l'affaire des 2 Rennes qui en cumule 20 siècles est si compliquée. Les pseudo-initiés actuels ont oublié l'intention de départ qui était «un mal présent pour un bien futur». Le résultat, je vous le fais découvrir ici ou là dans la suite du chapitre qui est un résumé de l'affaire mais avec une suite de mon cru sur son utilisation future ; sans oublier ce fameux point qu'il manque à l'affaire pour que le puzzle soit cohérent : le ver du fruit ! 

Le Razès, ça vous dit quelque chose ? Dans la première moitié du Moyen-âge, après avoir été plus grand, le Razès s'est réduit aux comtés de Narbonne, Carcassonne et Rhedae (Rennes-le Château). En élargissant un peu, ce fut la Septimanie (partie de la France autrefois espagnole), nom que Georges Fraiche, ancien maire socialiste de Montpellier mort à 72 ans, avait essayé de donner à la région Languedoc-Roussillon. Il avait fait campagne pour cela, avec distribution de tracts, manifestations et tout, mais ses copains francs-maçons l'on lâché et cela ne s'est donc pas fait. Pour ne pas attirer l'attention à l'époque ? Toujours est-il que le haut Razès (centré sur Rennes-le-Château) est le théâtre de l’affrontement depuis 2000 ans de 2 factions qu’il serait trop simple de définir en «la bonne» et «la mauvaise» car la bonne a le gros inconvénient d’avoir voulu cacher la vérité «pour le bien de l’humanité» et la mauvaise voudrait la révéler mais seulement au moment où elle pourra en tirer un avantage pour créer le chaos dans un domaine de plus en démolissant la bonne, et en récupérant en bonus les restes de trésors encore enfouis pour leurs buts mondialistes et pires. C’est vraiment le Tao ou le damier (2 pôles opposés + régulateur, encore !). Et les poupées russes en même temps puisque chacune de ces 2 factions est elle-même polarisée et fractalisée, ce qui brouille les pistes!. 

Lorsque les 3 gros articles de journaux sont parus en Janvier 1956, révélant au public une petite partie moderne de l’affaire (le trésor de l’abbé Saunière), les sociétés secrètes réunies sous le nom générique de «Prieuré de Sion», sans existence légale, qui géraient l’affaire depuis le 11ème siècle, ont tout de suite fait créer un prieuré de Sion avec existence légale pour servir de paratonnerre au non déclaré. Pierre Plantard fut donc engagé pour créer ce prieuré de Sion dont on a retrouvé les archives de création en sous-préfecture de St-Julien-en-Genevois, le 7 Mai ou le 25 Juin 1956 et sa parution au journal officiel le 20 Juillet (6 mois après les articles). Ce prieuré déclaré se fixa ensuite pour mission d’influencer les 4 premiers auteurs/chercheurs, c'est à dire Henry Lincoln et ses 2 co-auteurs ainsi que Gérard de Sède, afin qu’ils orientent les révélations et l’histoire. On reconnaît là le processus de contestation organisée et orientée pour prendre la place des indépendantes aux yeux du public, processus détaillé au précédent chapitre pour d'autres affaires. Gérard de Sède s'en est finalement aperçu puisqu'il a publié 21 ans après son 1er livre sur le sujet, un second livre de mise au point dans lequel il mouche ce prieuré de Sion.

Le prieuré générique avait voulu dans un premier temps orienter l’affaire sur le trésor, afin de créer une aimantation sur Rennes-le Château pour qu'il devienne un lieu de pèlerinage, ce qui aurait du être fait une fois les constructions achevées, et qui avait pris un peu de retard à cause des 2 guerres et de la longévité de Marie Dénarnaud. 0pération réussie.

Mézigue devant la tour Magdala (dédiée à Marie-Madeleine, comme l'église, et nous comprendrons pourquoi plus loin), lors de ma première visite à Rennes-le-Château le 28 août 2005

Plus tard, devant le succès des premiers livres sur le trésor entraînant l’arrivée d’une cohorte de chercheurs dont un fit des fouilles à la dynamite dans le village et un autre un tunnel qui s'écroula dans la rue, d’autres sociétés secrètes prirent contact avec le prieuré de Sion déclaré pour lui donner le feu vert pour la suite : élargir le champ des investigations potentielles pour diversifier les chercheurs afin qu'ils aient l'air de se rallier plus tard à la même idée chacun de façon indépendante.

Chercheurs qui entre-temps, en décodant l’église et le domaine de Rennes-le Château et en établissant des parallèles avec Rennes-les-bains, Alet-les-Bains et une dizaine de lieux de ce coin du haut Razès et un peu plus à l'Est (Durban et Périllos), le livre de l’abbé Boudet etc.. devancèrent presque ce que le prieuré de Sion voulait révéler mais à son avantage. Le secret transpira donc mais avec des variantes : Jésus, en guise de résurrection, aurait fait soit une NDE, soit aurait été partie prenante d'une crucifixion de quelqu'un d'autre à sa place (tiens ! ça me rappelle la prisonnière de droit commun brûlée à la place de Jeanne d'Arc), et en guise d’ascension, serait parti en bateau dans le sud de la France avec Marie-Madeleine et leurs enfants, avec quelques disciples, hommes et femmes. 2 villages portent d’ailleurs la trace de ce débarquement sur la côte languedocienne : Saintes-Maries-de-la-Mer, et moins connu plus bas vers Narbonne, Sainte-Marie-la-Mer. Ce qui fait 2 + 1 = 3 Maries au minimum, Marie-Madeleine, Marie-Salomé et Marie-Jacobée + ?. Après une vie consacrée à installer la postérité du christianisme originel de la Provence aux Corbières, il y serait mort ainsi que ses disciples, et un tombeau se trouverait peut-être sous l’immense pierre en forme de crocodile ou de ou serpent, 2 autres à Perillos. Un autre construit en 1920, réplique d'un moyenâgeux au même endroit, lui-même réplique d'un gallo-romain a été détruit en 1988 parce que le propriétaire en avait marre de voir défiler les chercheurs et profanateurs sur son terrain : gallo..pins ! Il y en a encore d’autres à découvrir, dans les grottes du Cardou peut-être. 

Déjà à ce stade, il y a un mélange de vrai et de faux afin que plus personne n'ait une opinion précise. Pour la femme de Jésus par exemple, l'évangile selon Saint Thomas non-reconnu par l'Eglise catholique mais retrouvé en 1897 dit qu'il s'agit non de Marie-Madeleine mais de Marie-Salomé. Donc marié, oui, mais avec qui ? Peu importe la femme exacte, cela fait déjà sauter un dogme de l'Eglise catholique ramenant Jésus au rôle de grand prophète et grand initié, mais homme aimant les femmes tout de même. C'est le rôle que lui donnent les autres religions, par exemple Jésus est reconnu une trentaine de fois dans le Coran comme un grand prophète. 

Restons avec les premiers Chrétiens qui étaient déjà divisés du vivant de Jésus, ce sont nos 2 pôles de la première faction. Le premier pôle avait pour base l’enseignement de Marie-Madeleine, qui avait été à la pointe de la compréhension de l’enseignement de Jésus, suivie de près par Thomas. Jésus avait été obligé de donner une version plus simple aux autres apôtres ayant Pierre pour chef. Cette version donc, était adaptée au niveau de Pierre, moins élaborée que celle de Marie-Madeleine et de Thomas, car un des principes de l’initié est qu’il faut toujours adapter l’enseignement au niveau de l’enseigné(e). Et nous voilà arrivé à ma grande découverte en direct de la mémoire de la nature : le processus de passage du matriarcat au patriarcat il y a environ 5500 ans, en germe juste avant le cataclysme de ½ cycle d'humanité, effectif après. C'est ce processus qui allait bloquer toute évolution, et un point secret de l'enseignement de Jésus fut de débloquer la situation, point révélé seulement à Marie-Madeleine, aux autres disciples féminines et à quelques hommes dont Thomas, mais surtout pas Pierre, nous allons comprendre. 

Quel était ce point clé ? 

Il arrive dans ce livre en complément de mon chapitre 26  publié en 1997 et en ligne Chapitres 26 à 30. Le voici. 

Je rajouterais au préalable un détail que j'ai appris après : la tradition papoue de Nouvelle Guinée dit « qu'autrefois, les femmes menaient le monde, mais qu'ayant semé trop de désordre, le pouvoir est passé aux hommes », sic. 

Fin du suspense, accrochez-vous et assouplissez vos circuits neuronaux. Cerveaux rigides fermez le bouquin, quand la déstabilisation rend agressif, il vaut mieux s'abstenir. 

En période du pouvoir féminin donc, des hommes formèrent des sociétés secrètes pour accélérer l'inversion qui se serait faite naturellement de toutes façons. (En se touchant, hommes et femmes échangent des électrons donc leurs mémoires, ce qui les égalisent, aboutissant à l'inversion tous les 5/6000ans.) Ils décidèrent que chaque membre de ces sociétés secrètes masculines devait violer en secret, sans que leur femme s'en aperçoive, tous les enfants de sa famille, à un âge où l'enfant ne pourrait pas s'en souvenir. Un enfant violé et ne s'en souvenant pas éprouve toute sa vie une crainte de son violeur, et respecte instinctivement son autorité. Passant en quelques générations sous l'autorité des patriarches violeurs de toute leur lignée, les femmes perdirent peu à peu leur suprématie sans comprendre pourquoi puisqu'elles ne se souvenaient pas de leur enfance et respectaient par crainte l'autorité du patriarche. Cette pratique était liée à une autre : les mariages entre frères et sœurs étaient courants à cette époque. Ainsi au sein des ethnies proches orientales, la consanguinité était omniprésente. Après quelques millénaires de ce régime, l'évolution était pire que bloquée puisque ce système dégénérait dans ce qui est devenu à notre époque la pédocriminalité organisée. Jésus arriva donc pour essayer de faire repartir l'évolution, et il était bien informé pour ça, puisque étant issu lui-même de l'ethnie ayant lancé ce système. Ainsi, dans son enseignement volet « le plus avancé » était stipulé d'arrêter de se marier entre frères et sœurs et de violer les enfants systématiquement. En période patriarcale depuis 3500 ans, période exacerbée dans l'Empire romain puis mise en veilleuse au Moyen-âge avant de réapparaître à la Renaissance, Marie-Madeleine dut s’incliner devant la jalousie de Pierre. En effet, ce dernier aurait dit à Jésus : (source :évangiles dits «  apocryphes » de Thomas, de Marie et de Philippe) « pourquoi est-tu toujours avec Marie, les femmes ne sont pas dignes de la vie », sic. Pierre et les apôtres de son camp ne pouvaient donc pas comprendre la partie avancée de l'enseignement de Jésus qu'il ne prodigua qu'aux femmes et quelques rares hommes. C'est donc le camp de Pierre, macho comme les Romains, qui donna l’impulsion au christianisme «adoptable officiellement» par les Romains plus tard, au prix de falsifications pour le rendre «fréquentable à grande échelle», rançon d’une connaissance qui ne pouvait pas être délivrée à tout le monde faute de niveau évolutionnaire adéquat. L'autre camp avec Marie-Madeleine à sa tête, déclaré « hérétique » , dut s'exiler en Gaule avec d'autres disciples, on perd alors la trace de Thomas et de Marie-Salomé, d'où peut-être son remplacement par Marie-Madeleine pour l'histoire qu'allaient monter les sociétés secrètes, histoire en partie vraie mais arrangée comme toute l'histoire de France (écrite par les vainqueurs et validée ou modifiée par les sociétés secrètes). L'enseignement de Jésus niveau Thomas/Marie-Madeleine fut donc transmis à des groupes après la mort de cette dernière près de Rennes-les Bains, mais d'autres la situent plus près de la Provence près de Marseille , à la Sainte-Beaume ; ça reste proche du Razès, géographiquement. Quoiqu'il en soit, ces groupes devinrent une partie des Cathares dès le début du Moyen-âge. Et l'enseignement passa, en secret posthume puisqu'il disparut des livres d'histoire, mais connu de tous à l'époque. Une preuve ? D'un extrême (mariage entre frères et sœurs et cousins germains), on passa à l'autre. Dans une première grande moitié du Moyen-âge, il fallait que l'homme et la femme ne soient pas cousins en dessous du 7ème degré pour que le mariage soit possible. Pour divorcer, il suffisait que l'homme ou la femme déclare qu'ils étaient cousins au 6ème degré (ou en dessous) pour que le mariage soit automatiquement cassé par le pape. Des princesses et rois devaient aller chercher leurs conjoints jusqu'en Europe de l'Est, car dans un rayon de 1000Km, tout le monde était cousins du 1er au 6ème degré tellement la France était peu peuplée. C'est pourquoi à partir du 11/12ème siècle, la mesure fut ramenée au 4ème degré, ce qui permit de trouver l'âme sœur beaucoup plus près. Quand aux viols d'enfants, le « viol pédagogique » de tous les enfants de la famille par le patriarche,  fut interdit par tous les niveaux du christianisme, de l'officiel au « catharisé » ; seules des sociétés secrètes continuèrent de pérenniser cette pratique, qui aboutit de nos jours à la pédocriminalité organisée de sectes lucifériennes comme le Hell Fire Club auquel Jules Bois appartint et d'autres plus récentes. 

Et c'est pour ça que cet enseignement passé aux Cathares eut tant de succès ! C'était un espoir de ne plus voir ses enfants violés systématiquement par le patriarche de la famille, la connaissance d'une évolution par vies successives, (déclarée hérétique dès le concile de Nicée), et d'autres aspects encore. 

Si vous n’avez rien sauté de mes passages sur le Moyen-âge dans les chapitres 5 et 11, vous pourrez admettre que cette période, surtout la première moitié, fut une ère de tolérance où toutes les religions, sectes et groupes vivaient en bonne intelligence. Les Cathares propageant le christianisme évolué déclaré « hérétique » s’intégrèrent donc très bien là au milieu et prospérèrent jusqu’à la fin du 11ème siècle au milieu du christianisme « fréquentable ». Là, le pape Innocent III qui n’avait rien d’un triple innocent embaucha, entre autres déchets de l’évolution, la pire racaille pédocriminelle et sous-humaine du Moyen-âge, Simon de Montfort, pour partir en croisade contre les Cathares qui furent exterminés en une cinquantaine d’années. Toute la population de Béziers fut exterminée, hommes, femmes, enfants, bébés, fœtus. Autre détail, le vrai nom de cette ordure était «Simon de Leicester» tiens donc ! (du coup, c'est Lord Huremenager;o)) pourquoi ce pseudonyme français à l’intention des livres d’histoire ? Les prémisses de l’Empire anglo-saxioniste qui allait «faire tomber» le Moyen-âge quelques siècles plus tard remontent à la surface avec quelques détails de ce genre, même si l’on sait que les Anglais occupaient la moitié de la France actuelle qui était donc plus petite à l’époque. Le pseudonyme français montre simplement l’appartenance à une société secrète pour avancer cachér.

Ceci dit, malgré leur extermination par ces pourris de l’Empire y compris le pape triple innocent (le contraire de la réalité déjà !), l’enseignement des Cathares continua de se propager sous d’autres noms, l’idée de réincarnation «à l’occidentale», à ne pas confondre avec la métempsychose orientale, vient d’eux, issue des premiers Chrétiens qui la tenaient eux-mêmes d’enseignements initiatiques antérieurs, de l'Egypte à l'Inde en remontant au début du demi-cycle d’humanité actuelle commencé il y à 5500 ans. Actuellement par exemple, le mouvement « la Rose-Croix-d’Or » est une forme de catharisme moderne.

Laissons cette branche pour en rattraper une autre plus bas sur le tronc.

l'entrée de la fameuse église de Rennes-le-Château, avec ses tuiles jaunes pour rappeler les tuiles en OR du temple de Ramsès 2. Bien que celles-ci ne soient pas en or, quand je suis retourné sur place en 2016, il en manquait 2, volées par des pourris.
Photo P.H.Barnezet, 28/8/2005

Avec les premiers mensonges sur la vie et la mort de Jésus et la fuite de Marie-Madeleine débarquée entre Marseille et Narbonne par le machisme de Pierre, l’affaire ne faisait que commencer. Il y a des indices sérieux suggérant que Jésus était encore vivant en 45, d'autres plus douteux qu'il aurait atteint 70 ans, et quelle que la date soit, qu'il serait enterré dans cette région. 3 bons siècles plus tard, les Wisigoths vinrent aussi s’installer dans le Razès et firent de Rennes-le Château, leur citadelle de repli qui aurait compté jusqu’à 30000 habitants ! Pourquoi ? Chassés vers le Sud par l'armée de Clovis, ils se replièrent d'abord sur Toulouse, puis Carcassonne et enfin Rennes-le-Château, dernière enclave wisigoythe à tenir jusqu'en 731. Les Wisigoths, loin d’être les barbares qu’on nous caricature à l’école, étaient Chrétiens, et pas n’importe quel christianisme: celui des débuts, ils refusaient les falsifications du concile de Nicée (325), notamment la transformation de l’évolution par vies successives en vie unique avec résurrection, ce que firent aussi les Cathares plus tard. Clovis lui, s'étant rangé dans le camp du christianisme « fréquentable » était donc opposé aux Wisigoths aussi sur le plan religieux. Justement ! Les Cathares vinrent aussi se réfugier dans le Razès, Montségur célèbre pour son bûcher est près de Rennes-les Bains et du pic de Bugarach ! Mais qu’avaient donc tous ces gens étalés sur un millénaire à venir se réfugier au même endroit si ce n’est la connaissance que c'était le berceau du christianisme évolué, Jésus par surcroit y ayant peut-être fini sa vie et y étant enterré ? Puisqu’ils étaient tous des « Chrétiens originels » ? 

Les Wisigoths déclarés « barbares à l’école post-renaissance » sont une vengeance de l’Empire, (notre seconde grande faction), car en 410, ces Wisigoths entrèrent dans Rome et la firent tomber, ce fut la fin de l’Empire Romain d’Occident (en fait il vivota jusqu’en 476, mais avec un rôle subalterne). Comme l’oligarchie anglo-saxioniste est un peu sa «réincarnation», elle fit enseigner dans les écoles que les Wisigoyths étaient des barbares, les Cathares une secte hérétique, et le Moyen-âge une période sombre et barbare. Pour le Moyen-âge, vous savez à quoi vous en tenir si vous n’avez rien sauté aux chapitres 5 et 11. Le récentisme du chapitre 11 n'est que le dernier avatar de cette surenchère pour éliminer carrément le Moyen-âge auprès d'un public suffisamment déculturé pour le croire. Et il faut croire que ce public de smartphones vivants existe puisque des vidéos récentistes font 300000 vues sur Youtube qui les entube. 

Ce n’est pas tout. Bien que ce soit apparemment un canular de Pierre Plantard, homme sincère très érudit mais téléguidé malgré lui par des sociétés secrètes qui lui échappèrent, la mémoire de la nature montre qu’il y a une part de vérité dans les premiers rois Mérovingiens issus de la descendance des enfants de Jésus. Le passage d'un extrême à l'autre pour les mariages (comme vu plus haut) en est déjà une preuve. Vrai ou faux, c'est un faux problème car sans importance pour la génétique. En admettant que ce soit vrai, 500 ans après, il ne devait rien en rester dans leur ADN. L’évolution spirituelle pratique ne se transmet pas dans la génétique tant que la loi du plus fort régit les rapports humains. Pour de vraies mutations, il faut un vrai travail personnel comportemental à chaque génération, pour que l'épigénétique passe dans la génétique, ce qui fut rarement le cas. Cependant, le message était passé à un autre niveau, car à cette époque, le roi régnait mais ne gouvernait pas, son rôle était sacré, il essayait d'être un intermédiaire entre Dieu et son peuple. Si les enseignements n'étaient pas passé dans les gènes, ils étaient encore transmis oralement bien qu'en dégénérant de génération en génération. Cela expliquerait que les Wisigoths, alors qu’ils occupaient le Sud de la France, l’Espagne et le Portugal, une fois vaincus et repliés dans les Pyrénées pour laisser la place aux Mérovingiens, cohabitèrent encore 2 siècles avec ces derniers, des mariages mixtes entre eux l'attestent. Même l'invasion arabe qui incendia Carcassonne en 725 ne démolit pas Rennes-le Château, ce fut une armée de pilleurs pédocriminels catalans sans foi ni loi, qui la détruisirent encore un gros siècle plus tard, puis une seconde fois encore quelques siècles plus tard, la ramenant au rang d'un village.. Les wisigoths survivants s'intégrèrent aux populations locales à tel point qu'une partie des Cathares furent des descendants de Wisigoths intégrés et mélangés.. 0n pourrait à ce stade de mon récit définir les 2 grandes factions comme l'une décidant de rompre avec ce passé consanguin et sa pédagogie pédocriminelle, l'autre décidant aussi de faire rompre ce passé pourri au peuple MAIS en le perpétuant pour eux et entre-eux et dans les sociétés secrètes qui leur étaient alliées. 

Ainsi, le ver ne disparut pas du fruit où il était rentré avec la fondation des religions abrahamiques, point de départ du passage du matriarcat au patriarcat, à quel prix ! Dans d'autres régions du monde, Andes, Asie du Sud-Est, ce passage matriarcat /patriarcat se fit naturellement, sans forcer la nature selon les rites pédomanes des religions abrahamiques. Une preuve parmi d'autres ? 

Outre que des coutumes matriarcales persistèrent parfois jusqu'à nos jours dans ces régions (les Moso par exemple), des hommes, par exemple les Anamites d'Asie du Sud-Est sont imberbes. Ça à l'air d'un détail, mais quand on a compris le lien entre comportement et épigénétique, puis le passage de l'épigénétique dans la génétique via la radioactivité des cataclysmes, tout s'éclaire. Voir mon site internet pour ces points. Sans vous barber, l'aura de la bouche d'où sort la parole noircissait à l'époque quand c'est du mensonge permanent qui en sortait, ce qui était le cas avec cette pédagogie pédocriminelle entre-autres. Après la matérialisation épigénétique, la barbe des pédomanes menteurs devint génétique et fut la rançon marquant toute la période de 6000 ans : les hommes, mêmes les bons, furent condamnés soit à la corvée de raser ces poils de sexe poussant sur le visage (voilà ce que c'est de violer des enfants), soit à être vilains (mais ça, c'est juste mon point de vue esthétique personnel) Inversement, les hommes qui étaient suffisamment éloignés géographiquement et ethniquement du fruit véreux restèrent imberbes comme les femmes... ou alors leurs barbes étaient faites de cheveux, comme dans certaines tribus amérindiennes, et non de poils « type sexe ». Les quelques tribus d'hommes imberbes qui subsistent aujourd'hui sont toutes à plus de 10000 Km de la zone proche-orientale véreuse d'où est partie l'histoire biblique qui ne mentionne pas le ver du fruit, c'est à dire le « viol pédagogique » des enfants pour basculer plus vite que nature du matriarcat au patriarcat. Corollaire, les traditions matriarcales survivantes sont en dehors de cette zone sauf quelques rares néo-exceptions (c.à.d plus récentes que 5500 ans) comme... l'ancien droit pyrénéen Andorran ou Basque où des filles pouvaient hériter même si elles avaient un frère, et qui donnaient leur nom à leur mari en devenant cheffes de maison et de famille (les poubilles andorannes, il y en avait encore en 1967). Justement, cet ancien droit pyrénéen n'aurait-il pas été inspiré par l'enseignement de Jésus type « avancé » passé aux Cathares puisque le Razès est juste au pied des Pyrénées orientales ? 

J'ai l'air d'être loin de l'affaire des 2 Rennes, mais comme beaucoup d'histoire s'y focalise, il faut élargir beaucoup pour y voir clair. Je vais à nouveau m'en rapprocher. 

Et le fameux trésor dans tout ça ? Tout trésor spirituel est souvent accompagné de son équivalent matériel pour financer la diffusion de la doctrine, ça a changé actuellement dans la forme mais ça reste vrai sur le fond. Or les Romains, sous le règne de l’empereur Titus pour être précis, avaient pillé en l'an 70 le temple de Salomon et récupéré son trésor. Ce trésor se trouvait donc à Rome en 410 quand Alaric, chef des Wisigoths, y entra avec son armée. Il récupéra ce trésor qui fut mis en lieu sûr.....dans le Razès puisque ce fut la région de repli des Wisigoths ainsi que le lieu spirituel de l’avenir sacré ad hoc, depuis que le christianisme version avancée dite « hérétique » y avait pris racine 3 siècles plus tôt. 

Mais les Wisigoths avaient aussi leur propre trésor issu des pillages de leurs conquêtes, et plus tard, les Templiers en récupérèrent et rajoutèrent un peu, on dit de même des Cathares mais je ne vois pas de trésor d’eux, ou plus grand chose, c'est déjà récupéré par des pourris.. Quoi qu’il en soit, la zone des 2 Rennes et tout ce coin du haut Razès doit abriter une multitude de morceaux de trésors, car non seulement il y en aurait eu plusieurs, mais les plus gros auraient été fractionnés et confiés à plusieurs seigneurs et autres, en vertu du principe qu’il ne faut pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. C’est 2 de ses mini trésors, en l’occurrence un pot en grès plein de pièces d’or (trésor que l’abbé Bigou avait caché à la révolution), plus divers objets dont un calice en or, que l’abbé Saunière a trouvé respectivement sous la dalle des chevaliers et dans la crypte de l’église de Rennes-le-Château, aujourd'hui murée, scellée, condamnée et protégée jusqu'à en nier l'existence, comme la crypte de la petite église de Périllos. Et même après l'époque de l'abbé Saunière, plusieurs paysans de la région retrouvèrent quelques kilos d'or par-ci, le maximum étant de 30 Kg par-là. Je rappelle que l'or fait plus de 19 de densité, et qu'une tonne d'or rentrerait donc dans une grosse valise d'environ 53 litres... resterait juste à la soulever au transpalette.. périlleux à descendre dans les tombeaux de Périllos. Donc, les chiffres avancés par certains historiens qu'il resterait quelques centaines de tonnes d'or finement éparpillées dans un rayon de 70Km autour de Rennes-le Château ne sont peut-être que raisonnablement exagérés. 

Le secret commençait à transpirer, chaque chercheur en découvrant un bout... et c’est là que les sociétés secrètes de l'Empire réunies sous le nom générique de «Prieuré de Sion» adapté pour l'affaire, réactualisa son paratonnerre pour éparpiller et diviser les chercheurs (diviser pour mieux régner toujours !! et même organiser des conflits entre-eux). La plupart sont sincères mais quelques-uns sont des taupins de l'Empire, parfois inconsciemment !. Après s'en être servi pour créer l'aimantation vers le lieu, il fallait maintenant éloigner des trésors matériels parce qu’ils attiraient trop de monde, toujours cette manie de la stabilité. La mise à jour s’est faite en 3 fois : 1) 1982: le livre L’Enigme Sacrée d’Henry Lincoln avec 2 autres auteurs: Richard Leigh et Michael Baigent. 2) 1997, sortie de La Révélation des Templiers de Clive Prince et Lynn Picknett, dans lequel Léonard devin ? Si ! Donc tout est prêt pour le 3) Le Da Vinci Code qui est un roman s’inspirant d’abord des 2 livres précédents. (Un des 2 auteurs survivants de l'énigme Sacrée -Lincoln est mort- a intenté un procès pour plagiat à Dan Brown, il parait qu'il a perdu son procès, normal, le marron a plus d'argent) 

Branchement du câble du paratonnerre, Dan Brown est venu à Rennes-le Château en 1999, et son livre est sorti en 2003. Pourquoi ce livre a-il été vendu à 64 millions d’exemplaires alors que les plus vendus sur l’affaire n’avaient tiré qu'à quelques centaines de milliers d’exemplaires chacun ? Même les romans comme celui dont a été adapté le téléfilm « l’Or du Diable» ? 

Réponse : parce que son livre est le paratonnerre alors que ceux des chercheurs indépendants ne le sont pas ou sont des précurseurs, des essais aux 2 sens du terme. Aussi parce que L'Enigme Sacrée, bien que romanesque par endroits, est présentée comme vraie, c'est un essai et non un roman. Comme ça n'a touché qu'un public qui sait lire, il fallait refaire le coup avec du plus facile : roman puis adaptation rapide au cinéma. Et comme ces gens-là de l’Empire -notre seconde grande faction- ont infiltré les media, il leur était facile de faire la promotion de ce livre puis du film et pas ou peu des autres qui restaient réservés aux passionnés de l’affaire, nombreux certes, mais franchissant rarement et sporadiquement la barrière des grands media. Vous voulez quelques indices ? Ces 3 livres ont été écrits par des anglo-saxons, le premier est d’abord sorti à Londres sous le titre Holy Blood, Holly Graal avant d’être traduit en français. Lincoln travaillait pour la BBC qui protégea plus tard Jimmy Savile, le pédocrim aux 600 victimes. Le tout financé par les grandes banques de l’Empire qui sont d’abord dans la City de Londres, Wallstreet n'étant que leur succursale N°1...corollaire, l'affaire de Rennes-le-Château est plus connue en Angleterre et sa métastase australienne qu'en France! Le Prieuré de Sion de Pierre Plantard est donc bien comme sion nom l’indique un paratonnerre de la faction sioniste qui veut bien révéler l’affaire mais à sa façon qui l’arrange pour masquer sa révélation dans son intégralité. Le point à cachér en priorité étant la consanguinité historique doublé du viol « pédagogique », ainsi que les directives de Jésus pour remédier à cette évolution retardataire et son enseignement sur les causes de cette situation -qui lui valurent la condamnation à mort aux yeux du peuple-. 

Soixante ans plus tard, les chercheurs qui parlent du Prieuré de Sion parlent du générique informel jusqu’en 1956, puis commutent sur celui de Pierre Plantard, ce qui permet d'entretenir la confusion avec l'informel pour l’époque moderne. Confusion renforcée par la refondation en 2015 après dissolution de l'ancienne association 1901, le nouveau nom étant : »Prieuré de sion & RoseCroix Véritas »

L'assemblage de sociétés secrètes appelées «Prieuré de Sion» beaucoup plus tard fut fondé en 1099, un an après la conquête de Jérusalem par les Chrétiens. Mais fut-il vraiment fondé par des Chrétiens, ou par des gens qui voyaient là le moyen de se venger de leur exil après leur expulsion de l'Empire Romain après l'an 74 en manipulant les Croisés ? Notons que le mot « croisade» fut inventé après la révolution de 1789, début du 19ème, pour les livres d’histoire. Voulait-on étiqueter «Chrétien» une aventure instrumentalisée par d'autres ? Leur bras armé fut l’ordre des Templiers officialisé 19 ans plus tard, en 1118. D’ailleurs jusqu’en 1188, les Templiers et le Prieuré de Sion eurent les mêmes grands maîtres. Par exemple, Philippe de Milly dirigea les 2 ordres du 17/1/1169 au 3/4/1170, quelle précision ! Ce fut Jean de Gisors qui fut le 1er grand maître du Prieuré de Sion quand celui-ci se sépara de son émanation templière qui allait voler de ses propres ailes et encaisser les coups, laissant les meneurs à l'abri (comme actuellement pour les manipulations médiatiques dans tous les domaine -créer un ennemi, le faire combattre par d'autres pour rester à l'abri ! etc- !). Pour cette séparation, Jean de Gisors a dû être influencé par Thomas Beckett qu’il rencontra en 1169... encore une des prémisses de l’Empire déjà ? Contre-initiés anglais et français étaient bien copains en coulisses tout en se faisant la guerre en surface. Mais pas n'importe quels Anglais ou Français, comme le laissent deviner les nombreux sceaux de Salomon, qui restent gravés dans la région, notamment dans l’armature de pierre des vitraux de la cathédrale d'Alet-les Bains, où les maisons de Nostradamus et de Nicolas Pavillon dans la même ville, évêque «dans le coup». Après le premier grand-maître voici la liste de ses successeurs :

Cette liste est tirée du livre l'Enigme Sacrée qui la tient de Pierre Plantard, il faut donc la décoder. Ce que j'ai fait partiellement en en modifiant la fin plus quelques commentaires.  

Les gens de cette liste ont oeuvré parfois sans s'en douter pour fonder des bases de ce qui deviendra l'Empire anglo-saxioniste après la fin du Moyen-âge. Ils n'ont pas forcément appartenu à une même société secrète, certains furent francs-maçons, d'autres rosicruciens, d'autres membres de sectes chevaleresques ou pédocriminelles comme l'OTO ou la Golden Dawn ou le Hell Fire Club. Mais pour les besoins de la future histoire de France, ils ont été regroupés sous le nom générique de «Prieuré de Sion», uniquement parce que chacun à leur façon, ils ont oeuvré consciemment ou non dans le sens de l'Empire.

Parmi ses sponsors et acheteurs, l'abbé Saunière avait des conseillers francs-maçons qui lui ont inspiré certaines décorations de l'église aisément décodables (comptez les bougies, la disposition, la forme du cadre, ce chandelier fait d'un objet 4 codes. Photo Pierre-Henri Barnezet, 28/8/2005.

Après Jean de Gisors, nous trouvons donc :

  • Marie de Saint-Clair 1220-1266

  • Guillaume de Gisors 1266-1307

  • Edouard de Bar 1307-1336

  • Jeanne de Bar 1336-1351

  • Jean de Saint-Clair 1351-1366

  • Blanche d'Evreux 1366-1398

  • Nicolas Flamel 1398-1418

  • René d'Anjou 1418-1480

  • Yolande de Bar 1480-1483

  • Sandro Filipepi 1483-1510

  • Léonard de Vinci 1510-1519

  • Charles de Montpensier, connétable de Bourbon, 1519-1527.

  • Ferdinand de Gonzague 1527-1575

  • Louis de Nevers 1575-1595

  • Robert Fludd 1595-1637

  • J. Valentin Andrea 1637-1654

  • Robert Boyle 1654-1691

  • Isaac Newton de 1691 à 1727...........voilà pourquoi l’astronomie est plombée par l’égrégore de la stabilité qui verrouille la connaissance!!! Nous retrouvons avec ses théories le 3ème pilier du pouvoir des sociétés secrètes. Idem pour le zodiaque auquel les successeurs de Newton rajoutèrent une 13ème constellation, Ophiuchus, pour coller avec le 13 porte-bonheur des sionistes à qui le 12 donne des boutons! (l'inverse des Catholiques). Pareil pour la forme de notre galaxie, spirale barrée à 4 bras (forme sauvastika ou croix gammée) à laquelle la science s'empressa, peu après la découverte en 1996, de délimiter 2 bras secondaires pour faire... mais 6 bien sûr ! Bientôt, on nous démontrera que la Galaxie à la forme du sceau de Salomon, ben monSalo !

  • Charles Radclyffe de 1727 à 1746.

  • Charles de Lorraine de 1746 à 1780

  • Maximilien de Lorraine de 1780 à 1801

  • Charles Nodier de 1801 à 1844

  • Victor Hugo de 1844 à 1885

  • Claude Debussy de 1885 à 1918. Servait-il de vitrine à son copain Jules Bois, membre du Hell Fire Club pédocriminel ?

  • Jean Cocteau de 1918 à 1963, idéal pour passer du générique au déclaré, vous allez comprendre à la vue des noms qui suivent pourquoi il était nécessaire de créer le paratonnerre pour occuper les chercheurs qui ne verraient plus le générique, trop moderne pour rentrer dans l'histoire sans faire scandale.

  • André Malraux fut membre du Prieuré mais ne fut pas Grand-Maître. (Pourtant,avec son implication dans l'affaire de Gisors, on aurait pu le croire). 

  • l’abbé Ducaud-Bourget de 1963 à environ 1974.

  • Roger-Patrice Pellat, longuement cité dans Mitterrand et les 40 voleurs de Jean Montaldo, grand ami de François Mitterrand avec lequel il visita Rennes-le-Château quelques mois avant l’élection présidentielle de 1981 (je n’irai pas jusqu’à dire qu’il fut élu grâce à l’égrégore de la région, mais cela y a peut-être contribué, c'était une façon pour lui de faire allégeance aux sociétés secrètes afin de leur montrer qu'il serait une bonne marionnette)

  • Roger-Patrice Pellat une fois mort, le suivant ne fut toujours pas dévoilé alors que le secrétaire général du Prieuré de Pierre Plantard (décédé en 2000) est connu : il s'agissait de Gino Sandri jusqu'à la réorganisation vue 5 pages plus haut. Depuis 2015, il s'agit de Marco Rigamonti, Gino Sandri occupant le rôle de « Grand Patriarche". Le vrai Prieuré continue donc de diviser dans l’ombre sans être impliqué puisqu'il n'existe pas en tant que Prieuré de Sion légal, contrairement à son avatar déclaré dont les membres semblent sincères ; Sans doute n'ont-ils pas capté qui sont leurs marionnettistes invisibles. Encore un exemple de «l'ère inversée» : c'est le « prieuré paratonnerre» qui a une vraie existence légale, et le prieuré de Sion historique qui n'a pas d'existence légale puisque ses membres ont appartenu à toutes sortes de sociétés secrètes hétéroclites mais arrangeant ponctuellement l'Empire. Je propose un nom plus explicite du prieuré de Sion informel : La Fraternelle de l’Empire.

Une petite redite mais cette fois avec tous les noms sur la liste avant la suite : dans la partie moyenâgeuse, de 1188 à 1500, on trouve 4 femmes en 322 ans. Dans la partie Renaissance et moderne, de 1500 à maintenant soit 517 ans, on en trouve plus aucune. Encore une petite preuve de ce que je vous dis sur les femmes au Moyen-âge, comme le disait aussi l'historienne Régine Pernoud. C'est aussi un indice qui permet de recadrer le vrai dans le faux.

Les buts de ce Prieuré générique masqué par l'autre nous ramène au succès du Da Vinci Code, qui, bien qu’il soit un roman, a fait entrer l’affaire dans sa phase de «divulgation douce et orientée» pour tous publics ; alors qu’avant, elle était dans sa phase de «divulgation réservée aux chercheurs avertis» et à leurs publics respectifs. Le jour où l’Empire décidera d’installer sa religion mondiale, sorte d’humanisme laïque pas mauvais en soi sauf quelques couacs passéistes comme la légalisation de l’inceste et de la pédophilie pour soigner leur main-d'oeuvre pédocriminelle, et qu’il voudra en finir avec la Chrétienté, il lui suffira de révéler l’affaire dans les grands media.L’histoire de Jésus marié simple prophète grand initié leur suffira pour faire sauter l’Eglise catholique. Même pas besoin de leur descendance. Eventuellement, sera rajouté le détenu crucifié à sa place, mais ce n'est pas sûr car la même stratégie a été utilisée pour Jeanne d'Arc, morte en réalité 18 ans ½ après le bûcher. Ce qui attirerait du coup l'attention sur cette autre falsification de l'histoire. Dans les 2 cas, tout est prêt pour ce jour, et côté trésor, une loi de 2016 transforme les 50/50 d’autrefois en 100% pour l’Etat en cas de découverte d’un trésor par un propriétaire sur son terrain. Toutes les demandes de fouilles dans la région sont refusées par la DRAC, mais lorsque ce sera le jour J, on verra apparaître dans les media un chercheur qui a trouvé un trésor éventuellement avec parchemin ad hoc, ce qui donnera l’occasion de révéler une partie de l’affaire afin d'en cacher une autre. Bien sûr, ce chercheur devra bien jouer son rôle de pion sous peine de grave disgrâce ! Le fait qu’il sera médiatisé montrera que le plan est encore monté d'un cran dans sa phase de révélation. Quant aux sociétés secrètes, elles aimeraient bien préalablement retrouver les restes de trésors éparpillés pour s’enrichir. C'est pourquoi elles attendent un maximum, laissent pourrir la situation en surveillant les chercheurs de trésors pour leur piquer leurs découvertes ! Conséquence : les chercheurs de trésors sont maintenant très surveillés, et lorsqu’un groupe de chercheurs découvre une entrée de grotte, une taupe sème la zizanie, résultat : les gendarmes sous les ordres d’un agent d'une loge le mettent parfois en garde à vue pour l’en dissuader, protéger  le propriétaire des lieux, le tout au nom de la préservation du patrimoine archéologique. Par exemple, la grotte du Pech en Couty ne mène à rien car il faudrait creuser pour désobstruer d'éventuelles caches. Mais pour creuser, il faut l'autorisation de la DRAC qui ne sera accordée que pour le chercheur ad hoc attendu. Une autre grotte dite « du Bézis » vient d'être découverte, mais là encore, il faudrait enlever 4m3 de pierres pour passer, donc blocage de la DRAC. Pour Périllos, les interdictions tombent en préventif, avant même le dépôt des demandes !, comme pour la maladrerie Templière du Sud-Ardèche. (Chercheurs, méfiez-vous des téléphones!) Il ne reste plus qu’à attendre le chercheur qui, non seulement ne sera pas inquiété par les gendarmes, mais protégé, ce sera l’indice que ce sera le pion des sociétés secrètes. A suivre en conscience et attention aux manipulations médiatiques ! Et surtout, ne pas prendre parti dans la phase finale de révélations, nous sommes dans l'ère du faux ou tout est inversé ! La meilleure attitude possible est de se positionner comme observateur extérieur et inspiré pour détecter aussi les marionnettistes ! Lorsque tout éclatera au grand jour et intéressera tous les publics, le cataclysme qui nous fera entrer dans l'ère Penternaire aura un verrou de moins à ouvrir pour pouvoir déclencher le coup d'envoi.

Devinette subsidiaire pour les passionés de l'affaire: Avec tout ce que j'ai écris dans cette page, il y a de quoi décoder l'énigme du livre de l'abbé Boudet "la vraie langue celtique", à propos de "l'anglais moderne à l'origine de toutes les langues". J'offre un exemplaire de mon 3ème livre à celui ou celle qui aura trouvé. Interface "messages privés" sur CONTACT & actualités ou Mise à jourADN santé (l'interface ci-dessous est pour les commentaires publics)