Suite de la page "actualités 2017". Quelle est la variable cachée qui semble modifier le climat une fois tenu compte des taches solaires et mêmes des épandages aériens? Son nom: NF3 ou trifluorure d'azote. Après un topo des taches solaires que j'ai observé de Juillet à octobre et réactualisé en permanence,, reprise de l'enquête NF3 à zéro.

La lunette astro de 102mm à viseur polaire et chercheur de 50, équipée ici de son nouveau filtre solaire donnant un soleil blanc, moins beau pour faire des photos. L'ancien filtre avait + de 20ans d'äge et donnait un beau soleil jaune orangé mais il laissait passer de plus en plus de lumière au point d'être très dangereux pour les yeux.

 31 Juillet 2017, 13ème jour consécutif sans taches solaires, ce qui fait donc 16 jours au total comme bilan définitif du mois de Juillet. Le minimum de taches solaires qui dure déjà depuis quelques années semble arrivé à son point le plus bas comme en 2008/2009.

Le 1er Août au matin, la grosse tache et ses retombées qui était passée de l'autre côté du soleil le 18 Juillet a fait sa réapparition sur l'autre bord de la face visible puisque le Soleil tourne sur lui même en 25 jours vers l'équateur et 30 aux pôles. Ce matin du 3 août, la situation redevient identique à celle du 8 Juillet grosso modo. En évoluant, les petites taches se sont regroupées en une seule moyenne qui fait donc un groupe de 2 avec la grosse apparue le 6 Juillet. L'organisation du groupe a changé mais ce sont les mêmes après un tour du Soleil sur lui-même. Et le 4, les 2 taches semblent diminuer de diamètre.Le 7 Août, plus qu'une seule tache!, la grosse qui s'achemine vers le centre tout en pâlissant. Le 12 août au matin, cette unique tache est presque arrivée au bord, et le 14, ça y est! Nous voilà à nouveau avec un soleil sans aucune tache. Le 15, apparition d'un groupe de taches sur l'autre bord, mais trop loin pour que je ne l'ai pas vu le 14, jour sans aucune tache. Donc ce groupe a du naitre au maximum un douzaine d'heure après ma dernière observation du 14. Détail intéressant, ce groupe de taches est diamétralement opposé à la tache qui a disparu le 13 sur la face cachée du Soleil, tache survivante de ce qui était en Juillet un groupe. Sur les 2 faces du Soleil, on tourne donc à 2 taches et leurs retombées, ce qui est toujours peu.  Détails, le 20 Août, le groupe arrive vers le centre, ce qui permet de mieux le voir: 2 taches moyennes avec auréoles, 2 petites et une quinzaine de minuscules. L'ensemble forme une trainée dans le plan équatorial, indiquant qu'il s'agit de la même éruption. 8 jours plus tard donc le 28, ce groupe a disparu sur la face invisible du Soleil. Mais entre-temps vers le 23, un autre groupe est né près du bord mais suffisamment loin pour que ce ne soit pas une apparition due à la rotation. Donc, du 23 au 27, il y a eu nettement plus de taches solaires que ces derniers temps, 2 groupes assez nombreux, et cela correspond à la canicule de fin août. mais le 28, le groupe survivant commence à pâlir bien que près du centre, et le 29, il ne reste plus que la tache principale et une petite, ça disparait vite! Mais en même temps, ce 29 août, une autre tache est apparue près du bord suivie de 2 autres le lendemain, et le 1er septembre, elles sont beaucoup plus grosses que les 2 survivantes du groupe qui est en train de disparaitre. Le mois d'août n'aura eu finalement qu'un seul jour sans aucune tache, comme la plus grosse partie des mois de ces dernières années, contrairement aux 16 jours du mois de Juillet.

6 septembre 2017: au moment où les 2 taches survivantes du groupe ont disparu sur la face cachée du soleil, un nouveau groupe apparaît non pas sur l'autre bord mais entre le centre et l'autre bord, pendant que le gros groupe central évolue chaque jour en s'étalant. Ce groupe apparu sous mes yeux correspond aux 2 éruptions solaires de ce jour, classées X9,3 et X2,3, un record depuis 12ans, preuve qu'on va ientôt changer de cycle solaire. Pendant une semaine, on aurait pu penser que c'était le retour des taches solaires, les 2/3 jours précédant ces éruptions il a fait chaud au milieu de la fraicheur, et ben non! Car le 12, le gros groupe a entièrement disparu de l'autre côté du soleil, et il ne reste plus qu'une seule tache qui a réapparu sur l'autre bord: la seule survivante du groupe disparu le 28 août de l'autre côté et qui est réapparu 12 jours plus tard; et le 20/9, elle s'approche de l'autre bord après avoir bien dépassé le centre, toujours toute seule. Petit clin d'oeil pour l'équinoxe d'automne, le soleil offrait un joli spectacle ce matin du 21: une tache sur chaque bord, diamétralement opposées. Et le lendemain 22, une avait disparu, donc depuis le 12, ça a tourné encore avec une seule tache jusqu'au 23 inclus après cette petite transistion du 21.

Le 24, voilà que réapparait après avoir fait le 1/2 tour sur la face invisible une des taches du groupe disparu le 11. Et le 30, le Soleil tourne encore avec ces 2 taches (dont une en plusieurs morceaux dans la même auréole) qui sont en gros vers le centre. Bilan du mois de septembre: 11 jours avec une tache, 14 jours avec 2 taches simples ou composées, et 5 jours avec 3 à une quinzaine de toutes petites taches. Situation inchangée du 1er au 6 octobre, date de disparition derrière le Soleil de la plus petite, le 7 il ne restait que la grosse avec auréole, qui s'était modifiée pendant ce début de mois et qui a fini par disparaitre à son tour dans la nuit du 7 au 8. Depuis, plus aucune tache. Le 20 octobre, nous voilà au 13ème et dernier jour du mois avec un soleil sans aucune tache.

A suivre.

Je rappelle que moins il y a de taches solaires, plus il fait frais, ou devrait faire frais pour la saison, et inversement, le tout avec une inertie, c'est pas forcément immédiat.

Les astronomes disposent de 400 ans de relevés des taches solaires, puisqu'elles ont été dessinées puis photographiées depuis l'époque de Galilée. Une petite longue-vue de 30mm d'ouverture (avec filtre!) comme celles qui existaient à l'époque de Galilée suffit pour faire des dessins fiables des taches solaires, d'ailleurs, la récente mise en dessin animé des dessins successifs des taches solaires de Galilée montre qu'il était très précis puisqu'on dirait un film sans secousses qui montreraient des erreurs!

De 1645 à 1715, ce fut "le petit âge glaciaire", pas de taches solaires pendant cette période, voir La mafia du climat Si vous trouvez un site qui affirme que les relevés des taches solaires n'ont commencé qu'en 1750 ou pire 1850, méfiance! Il y a confusion avec les relevés des cycles solaires et leur corrélation avec les taches, pour faire passer le petit âge glaciaire à la trappe. Quand on examine un des dessins de Galilée, c'est époustouflant de précision: on dirait une photo! Avant l'invention de la photo, les gens savaient en moyenne mieux dessiner que maintenant. Et ces petits merdeux de GIEC qui prétendent qu'avant 1750 voire 1850, les dessins ne sont pas fiables... ce sont eux qui ne sont pas fiables, effet miroir.

Depuis cet hiver 2016/2017, j'observe ici une baisse des épandages aériens clandestins, du coup il a fait plus frais jusqu'à la neige du 1er Mai puis jusqu'à la canicule de printemps, détails sur Actualités 2017suite .

Là où je me suis remis à investiguer, c'est quand j'ai vu le retour de la chaleur sans que les chemtrails soient (pour une fois) en cause; du moins dans la région que j'observe, car des échos de connaissances habitant dans la moitié Nord de la France m'ont confirmé qu'il y en avait toujours. Et d'ailleurs, la canicule fut plus prononcée dans le Nord que dans le Sud, situation récurrente depuis 2012 dans laquelle les périodes où il fait plus chaud sur la moitié Nord que sur l'autre sont de plus en plus fréquentes! Parce que la moitié Nord est plus peuplée et qu'il est plus "rentable" pour la propagande de réchauffer les zones les plus habitées? Pas si simple, vous allez voir la suite, mais cet argument reste juste "pour le réchauffage d'appoint".

Quel est alors le "réchauffage principal"?, de fond, qui persiste avec ou sans chemtrails, ceux-ci venant le renforcer localement et ponctuellement dans le temps?

J'avais émis une hypothèse à la fin de ma page La mafia du climat l'année dernière, l'idée s'est avérée juste mais pas les modalités d'applications. J'ai donc repris l'enquête à zéro.

Je suis donc aller chercher des infos sur le trifluorure d'azote (formule chimique NF3) dont je parle à la fin ma page La mafia du climat suite à une suggestion d'un commentaire, gaz dont l'effet de serre est 17000 fois plus "efficace" que celui du CO2. Première surprise, ce gaz ne figure pas sur la liste des 6 gaz réglementés par le protocole de Kyoto. Voici cette liste, le chiffre à droite du gaz correspondant au "nombre de fois CO2" en "efficacité" d'effet de serre. Ce chiffre est donc de 1 pour le CO2, 25 pour le méthane des pets des vaches, et 22800 pour l'hexafluorure de soufre.

CO2         gaz carbonique                        1

CH4         méthane                                   25

NO2        protoxyde d'azote                  298

SF6         hexafluorure de soufre          22800

HFC        hydrofluorocarbures et          8000 à 20000..

PFC         perfluorocarbures              ..selon les variants

Seconde surprise, Beaucoup d'applications industrielles qui nécessitaient l'emploi des 3 derniers gaz ont été modifiées dans le but de pouvoir se faire avec le trifuorure d'azote qui n'est pas dans la liste et affiche 17000! Parmi ces applications, entre autres écrans tactiles et TV, celles des panneaux solaires de nouvelle génération, c'est à dire extra-minces voire flexibles, ceux qui se posent en grandes quantités sur des "champs" ou des immenses hangars agricoles. Ces panneaux sont à des prix défiant toute concurence, mais produisent pour leur fabrication plus de gaz à effet de serre que toute l'électricité de toute leur durée de vie permettra d'économiser! Une éco-arnaque de plus, comme naguère l'interdiction à la vente des piles NiCd, voir Mon CEA à la maison.

Heureusement les panneaux "à l'ancienne" ne sont pas concernés, c'est à dire les panneaux rigides, avec une épaisse armature en alu et une vitre en verre trempé, mais nettement plus chers, comme ceux que j'ai sur mon toît, voir Mon CEA à la maison encore.

3ème surprise, en 2007/2008, les chiffres soit disant mesurés annonçaient que seulement 1 à 4% du trifluorure d'azote utilisé lors de ces applications industrielles s'échappait et se retrouvait dans l'atmosphère. D'où le conseil de l'employer sans restriction à la place des 3 derniers gaz de la liste du protocole de kyoto quand c'était possible (pour certaines applications, ces 3 gaz restent indispensables, par exemple le HFC pour la climatisation).

4ème surprise, 10 ans plus tard, une fois que le mal est fait, de nouveaux chiffres montrent qu'en réalité, environ 1/3 du trifuorure d'azote s'échappe dans l'atmosphère, soit 10 fois plus qu'annoncé 10 ans plus tôt.

Avec ces 4 surprises et l'aide de la mémoire de la nature, j'assemble maintenant le puzzle. Certains points sembleront de simples affirmations, mais ils sont déduits à partir d'investigations relatées sur mes pages La mafia du climat, et chemtrails: inédits. sans oublier Bugs climatiquesActualités 2017suite et même A vérifier soi-même

Lorsque le climat arrêta de se réchauffer en 1998, les réchauffistes décidèrent de le réchauffer arficiellement pour avoir une courbe de réchauffement continue et non en dents de scie, cette dernière démolissant toute la propagande réchauffiste. Le réchauffement par les serres de cirrus artificiels était au point, mais il faut croire que le refroidissement était important puisque ça ne suffit qu'à stabiliser le climat (le fameux "hiatus"). Donc, l'épandage de gaz à effet de serre fut décidé tout en nous faisant croire qu'on luttait contre, toujours selon le principe de Jacob Frank "pour que le mensonge passe le mieux, il faut qu'il soit exactement le contraire de la réalité".

Depuis 10 ans que du trifluorure d'azote augmente l'effet de serre, une première tentative d'arrêter  le réchauffement d'appoint par les serres de cirrus artificiels est en cours en ce moment sous nos yeux dans certaines régions. Sans doute pour voir si l'effet de serre via NF3 pourrait suffire au moment où le soleil est au plus haut dans l'année. Le moment est "bien" choisi par les réchauffistes, celui d'un minimum solaire, pour décrédibiliser les thèses de Valentina Zharkova Cour publiées dans la revue "Nature"par exemple, sur le lien entre climat et taches solaires, lien connu depuis 400 ans, détails sur Actualités 2017suite

C'est pour cela que depuis l'hiver 2016/2017, il y a eu très peu de chemtrails dans la région que j'observe alors qu'ils ont continués dans d'autres. Du coup, voilà que la canicule de printemps fut beaucoup plus modérée ici et en gros dans le Sud-Est que dans le Nord qui continua à être sous serre artificielle via chemtrails en plus de l'effet de serre du au trifluorure d'azote.

Là où le simple bon sens de l'observation couplé à la mémoire montre que les gaz à effets de serre empêchent le climat de se refroidir au soleil mais révèle le refroidissement à l'ombre, c'est la différence entre ombre et soleil par une belle journée avec un beau ciel "bleu d'autrefois" sans chemtrails. Vous êtes au soleil, ça chauffe bien, vous êtes en débardeur!, vous passez à l'ombre ou un nuage passe, et d'un coup, voilà le froid aux épaules, il faut mettre la petite veste!. Il y a 40 ans, il fallait monter à 2000m d'altitude pour avoir cette sensation. Maintenant à 900m c'est kif-kif, ce qui permet même de chiffrer empiriquement l'augmentation de l'effet de serre. Pareil le soir, même après une journée chaude, la température baisse vite le soir... sauf si le ciel est tartiné pour créer une serre de cirrus artificiels, traitement réservé aux régions les plus peuplées depuis environ 6 mois (donc + chaud dans le Nord que dans le Sud, le "rentable" est la concentration de cerveaux à formater). Avec toujours les quelques exceptions quand le Nord est sous les nuages et pas le Sud.

Le long terme:

Le réchauffistes sont des gens qui ne sont intéressés que par le court terme de l'efficacité de leur propagande, comme des superchienpanzés. L'important pour eux est de continuer à faire croire au réchauffement d'origine humaine quelque en soit le prix.

Le prix? Le trifluorure d'azote fait de l'effet de serre pendant environ 700ans après avoir été répandu, contre moins de 200 ans pour le CO2. Imaginez maintenant que la période de refroidissement naturel prenne fin, que les taches solaires reviennent en abondance et que le réchauffement naturel suive. Les réchauffistes pourront peut-être arrêter le réchauffage secondaire et ponctuel dans le temps par les serres de cirrus artificiels, mais le trifluorure d'azote et autres balancés dans l'atmosphère en se servant des industriels continueront de faire effet, un effet de serre qui se surajoutera au réchauffement naturel, réalisant du coup les fausses prédictions des mafieux du climat. Voilà ce que c'est de mentir, la nature essaie parfois de rendre le mensonge vrai par choc en retour, pour surprendre les menteurs afin qu'ils ne recommencent pas. Mais comme ce sont des sous-humains à qui la notion d'évolution est totalement étrangère, ils ne comprendront même pas le message, attribuant le réchauffement à nos pets et nos petites voitures pour mieux cacher leurs manipulations climatiques qui ont et continueront à semer le chaos jusqu'à ce que l'astéroïde y mettre bon ordre. En 1991, j'avais publié dans mon 1er livre que l'astéroïde tomberait pendant une guerre mondiale, dès la première explosion nucléaire. A suivre donc.

Le bonus:

Beaucoup moins de chemtrails depuis 6 mois dans la région que j'observe ne veut pas dire qu'il n'y en a plus du tout. Chaque campagne d'épandage en montre le but quand on a compris le pourquoi; récapitulatif:

Fin Mars, épandages sur le massif du Mézenc car les médias annoncent le mois de Mars le plus chaud depuis 1900... comme toujours (on n'est pas encore cuits pourtant?) Or l'enneigemment qui persiste (photos sur Actualités 2017suite) fait tache sur la propagande réchauffiste, d'où les épandages pour réchauffer et faire fondre la neige.

17 au 22 Mai, une campagne d'épandages met fin à la fraicheur (neige du 1er mai, photos sur plusieurs pages), la canicule de printemps (prévue en février CONTACT & actualités) démarre le 23 Mai.

16 au 18 Juillet, épandages sur le Nord Ardèche, Drôme et Haute-Loire: le Tour de France passe ces 3 jours dans ces 3 départements, il faut que la télé montre des images de spectateurs suant en débardeurs plutôt qu'avec une petite veste, car la canicule s'est terminée fin Juin et depuis il fait frais de grand matin et à l'ombre la journée, contrastant avec la chaleur au soleil dès qu'il est un peu haut.

26/27 Juillet: Panique chez les ignobles! Plus de taches solaires, le climat va se refroidir, il faut réchauffer, donc tartinage du ciel de moyenne intensité (il y a eu pire) le 26, et ça continue ce matin du 27 où il faisait 15°C à 7h du matin contre 12°C avant les épandages. Il fallait s'y attendre, retour  localisé de la canicule fin Juillet/tout début Août après ce "réchauffage d'appoint".

Matin du 3 Août:

Comme si ça ne suffisait pas, prévoyant l'arrivée prochaine des orages = rafraichissement, les mafieux du climat ont optimisé la canicule au maximum en faisant de l'épandage dès la fin de la nuit jusque vers 8h. Alors que la température était descendue à 17°C à 6h du matin après la journée de canicule de la veille, 2h après il faisait déjà 23, et c'est monté à 30 (à 900m d'altitude) mais avec une sensation de lourdeur oppressante qui caractérise les journées d'épandages.

19 et 20 août: retour des gros épandages qui durent 1/2 journée sans discontinuer, un trafic dont les 2/3 ne sont pas sur Flightradar. Après les 2 journées chaudes du 17 et 18; baisse brutale des températures le 19, et donc revoilà les épandages pour jouer les prolongations. Le 20, 12°C le matin, nombre d'avions impressionnant, ciel vraiment blanc comme le soleil, puis l'après midi, disparuition des avions en une heure (c'est Dimanche!) et le ciel redevient bleu dans l'après-midi. 

22 au 24 août: bien que ce soit de la basse intensité, les épandages reprennent, comme pour tout ajouter ensemble: réchauffement temporaire naturel du à la nette réaugmentation des taches solaires + réchauffement artificiel de fond du au NF3 répandu dans l'atmosphère depuis 10 ans + réchauffage d'appoint avec les épandages aériens = la totale donc, canicule de fin août. Il semblerait que les réchauffistes aient tout fait cette année 2017, en innovant dans leurs manipulations climatiques, pour marquer les esprits aux dates clés mieux retenues que celles où il fait frais parce que ces dernières sont minimisées et médiatisées le moins possible.

3 Septembre 2017: après la fin de la canicule de fin août, somme toute modérée et bienvenue pour le jardin potager, il a fait très frais aux petits matins du 1 et 2 septembre, corrélativement à un ciel clair sans épandages. Cela montre tout simplement l'équilibre de la nature mais ça ne faisait pas l'affaire des réchauffistes qui veulent nous faire croire que le réchauffement est constant, preuve l'article du site de météo-france que j'avais deviné avant qu'il n'apparaisse (c'est pas de la voyance puisqu'ils font le coup chaque année): "2017, 2ème été le plus chaud depuis 1900". Donc le 3 septembre, gros tartinage du ciel corrélé à l'augmentation des températures! Mais ça n'a duré que 2/3jours, et au 14, septembre est toujours frais.

A la mi-octobre, j'ai observé des filaments dans mon pré, 1 an que ça n'était pas arrivé. Là il ne s'agit pas de manipulations climatiques mais de décharge de polymères inrecyclables en profitant de l'occasion pour observer les statistiques épidémiologiques de la population de la zone l'année suivante, il y a eu des précédents. 

Le malus:

1) créer le problème, 2) apporter la solution 3) s'ériger en sauveur se vérifie encore une fois.

Prédiction: Nous avons vu que dans quelques années, le modèle réduit de fin août 2017 se réalisera en plus grand: un nouveau double cycle solaire entrainera un réchauffement cyclique naturel pour la courte périodicité de 22ans en moyenne (La mafia du climat). Le climat se réchauffera donc naturellement. Mais ce réchaufferment naturel s'ajoutera au réchauffement artificiel destiné à combattre le refroidissement naturel depuis l'an 2000. Dans X années, une fois un climat trop chaud installé du fait du retour du réchauffement naturel s'ajoutant aux manipulations climatiques et à l'effet de serre, les "sauveurs" proposeront de refroidir le climat par des épandages faits cette fois dans la stratosphère, ce qui suppose la construction de nouveaux avions, voir La mafia du climat. Nous aurions donc à nouveau un ciel tartiné sans vrai soleil, avec un retour au ciel bleu 1000 fois plus lent qu'avec les actuels épandages dans la troposphère ou au plus haut dans la tropopause.  Non merci, priez pour que l'asteroïde tombe au bon endroit, sur les grandes banques de la City par exemple. Sinon, le pire est à venir.