Depuis 2015, une nouvelle façon de compter les taches solaires induit en erreur les climatologues qui se fieraient à ces résultats sans vérifier eux-mêmes. Pour mes observations avec ma lunette astro, cette page est la suite de "NF3 taches solaires", et j'y continue mes comptes rendus d'observations après le 14 novembre 2017.

Juillet 1612..... Galilée n'avait qu'une longue vue grossissant 30 fois pour faire ce dessin des taches solaires. En grossissant 400 fois, des taches se décomposent en une dizaine de taches. Mais les anciens chiffres sont comparés avec les nouveaux, ce qui truque les statistiques: le UNE devient 10 pour une même tache.

Autrefois, on cherchait à rassembler, maintenant on cherche à séparer, à cloisonner. Les taches solaires n'ont pas échappé à cette tendance. La photo ci-dessus fait partie de la première année des dessins de galilée (1612, notons que 2 autres astronomes les ont observés en 1610 et 1611, et un autre une dizaine d'années avant, mais Galilée est le premier qui en a fait un suivi scientifique sur un grand nombre d'années). 

Quand la première longue-vue de 30 fois a fait place à une petite lunette astro, ce qui était vu comme une tache a montré qu'une tache pouvait être en fait un regroupement de taches très rapprochés, mais quand elles étaient toutes entourées par la même auréole, on n'en comptait qu'une; pour 2 taches distinctes, il fallait chacune leur auréole, ou alors il fallait qu'elles ne se touchent pas. Le graphique de la fin de cette page a donc été fait avec des chiffres obtenus selon ce mode de comptage que j'appellerais "à l'ancienne".

Mais même avec des instruments plus récents, la turbulence limite le grossissement, par exemple avec ma lunette de 102mm pour 1m de focale, 80 fois est un bon compromis: l'image est nette, je vois les auréoles autour des taches et tout le soleil est dans le champ pour évaluer la latitude de ce que j'observe. Par temps froid et clair je peux pousser à 140 fois pour séparer les taches d'un groupe, mais je perd la vue d'ensemble.

Avec l'apparition de l'optique adaptative et divers filtres très perfectionnés, l'astronomie professionnelle s'est affranchie de la turbulence, et l'image ci-dessous est grossie autour de 400 fois. Evidemment, plus question d'avoir tout le soleil dans le champ, c'est juste UNE tache, mais avec le nouveau système de comptage, ça va en faire une dizaine.

ça ne serait pas un problème, au contraire, si on ne comparait pas des chiffres du 17 et 18ème siècle avec les actuels sans convertir d'un système à l'autre. Cette absence de conversion permet de faire croire qu'il y a 10 fois plus de taches actuellement qu'autrefois, et donc, que le climat ne risque pas de se refroidir comme à l'époque de Louis 14.

En grossissant 400 fois voire plus, tout ce qui est à 4000°K (noir) délimité par du jaune (6000°K) est compté comme tache solaire indépendante là où autrefois, ce n'était que des taches secondaires de la tache principale délimitée par l'auréole qui entoure le tout.

En effet, plus il fait froid ou frais pour la saison, moins il y a de taches, donc, si l'astronomie fournit aux climatologues des chiffres montrant qu'il y a beaucoup plus de taches maintenant que juste avant le minimum de Maunder (1645/1715), ceux-ci en déduiront qu'il n'y a pas de danger de retour d'un tel minimum, tout bénef pour la propagande réchauffiste! Et comme la science est cloisonnée, les climatologues n'iront pas vérifier eux-mêmes... à moins d'avoir les 2 casquettes comme Valentina ZharkovaCour Voilà pourquoi les réchauffistes ont obtenu de google de ne pas mettre de lien direct vers son article dans la revue "Nature" quand on tape son nom!!! 

Comparons maintenant 2 graphiques, un obtenu avec le comptage "à l'ancienne", l'autre concernant la période du 28 octobre au 26 novembre 2017

Les nombres affichés sont ANNUELS, et correspondent à chacun une tache qui a traversé toute la face visible du Soleil (13 jours) ou qui est apparue ou disparue en cours de traversée.

Voici la période 28/10/2017 au 26/11/2017. Une chose saute tout de suite aux yeux, c'est SOIT ZÉRO, SOIT UNE DOUZAINE APPROXIMATIVE, SOIT 2 DOUZAINES APPROXIMATIVES..

Aucun chiffre intermédiaire entre le zéro et la douzaine approximative, et entre cette dernière et 2 douzaines approximatives. Pour convertir ces chiffres avec les anciens, il faut mettre 0,1 et 2 à la place de 0, 12 et 24!

Ce qui signifie que les anciens chiffres ne concordent avec les nouveaux que pour le zéro. Si un site officiel affiche zéro pour les 13 premiers jours de novembre 2017 comme sur la photo ci-dessus, c'est que c'est vrai, je l'ai vérifié avec ma lunette astro!

Par contre les jours de ce mois de novembre 2017 où il y en avait une douzaine approximative sur le graphique moderne, je n'en voyait qu'une, d'ailleurs extrèmement pâle, composée de quelques taches entourées de la même auréole, seule une minuscule était à côté de l'auréole. Ce qui ferait une ou 2 maximum avec l'ancien comptage. Et les jours de ce même mois ou il y avait sur le graphique 2 douzaines approximatives, je ne voyais que 2 taches, la seconde encore plus pâle que la première, presque invisible! Galilée ne l'aurait pas vue avec sa longue vue 30 fois, ma lunette astro téléportée à cette époque aurait été considérée comme un superinstrument inimaginable!! Alors que ce n'est qu'un petit instrument d'amateur..

Conclusion: en comparant les chiffres des siècles passés avec les actuels, on a une idée très fausse de la différence entre notre époque et autrefois. Une différence de l'ordre d'un facteur 10. Toute statistique comparative sans conversion est fausse et n'est qu'instrument de propagande réchauffiste.

Maintenant, je continuerai à faire part de mes observations sur cette page, c'est de la première main en direct du Soleil! Et pour commencer, le bilan du mois de novembre 2017: 19 jours sur 30 sans aucune tache, aussi bien vu par moi que sur les sites d'astronomie. Comme ils ont intérêt à en compter le plus possible, s'ils mettent zéro, c'est vraiment que c'est vrai! Quant aux 11 jours restants, c'était soit 1 soit 2 groupes de taches très rapprochées qui auraient été comptées comme 1 ou 2 au 17ème siècle. J'en ai vu entre 2 et 6 par groupe, les sites officiels en ont vu entre 11 et 14 par groupe, même les 4 ou 5 jours pendant lesquelles elles étaient quasiment invisibles, et où il fallait scruter 1 ou 2 minutes avant de les voir comme un seul point même à 110 de grossissement (c'est très long, une tache digne de ce nom saute aux yeux en quelques secondes).

à suivre pour le mois de décembre.