Ecobricolages fin, page 3 consacrée au béton de chanvre. A raison d'une quantité faisable à temps perdu par an, je viens de finir la première moitié de la maison. Commençons par une liste des avantages et des inconvénients car rien n'est parfait.

Un exemple du 1er avantage de la liste ci-dessous: les cotés gauche et dessus de la fenêtre sont arrondis, une étagère en bas, et à droite, le mur a la forme de la fenêtre ouverte pour l'ouvrir le plus possible sans diminuer la masse de l'isolant: la vitre plaque le chanvre aussi bien que le cadre quand c'est ouvert comme ici.

AVANTAGES:

1) permet de faire toutes les formes que l'on veut, c'est l'idéal pour les vieilles baraques aux murs pas toujours bien verticaux, aux angles aigus et obtus. Il est possible de faire des voûtes, des arrondis, des décrochements, des niches...

2) Ne laisse aucun vide, fait corps avec le mur qu'il épaissit d'autant plus qu'on en met. Cela présente de nombreux avantages, dont:

-Aucune place pour les rongeurs, insectes et autres araignées; trop dur pour être rongé.

-Consolidation des vieux murs, au delà de 20cm, d'épaisseur, c'est même porteur. Certains construisent même des maisons en blocs de béton de chanvre comme murs porteurs. C'est donc un des rares isolants qui peut en même temps faire office de matériel de construction. De plus, avec les années, la chaux se carbonate et l'ensemble devient dur comme de la pierre.

3) Ne brûle pas mieux que de la pierre, la présence de chaux empêche la chenevotte de chanvre de brûler.

4) Assèche le bois qui ne pourrit pas quand il est noyé à l'intérieur, contrairement à ce qu'il peut se passer dans du mortier de ciment ou du béton ordinaire.

5) On s'y sent très bien pour des raisons compliquées d'hygrométrie perspirante, et cette sensation compense même l'effet isolant qui n'est que moitié moindre que les autres isolants, à épaisseur égale. Cependant, même seulement 5cm d'épaisseur supprime déjà la sensation de froid venant d'un mur en granit. Au toucher, c'est pas froid malgré le pouvoir isolant très insuffisant avec cette petite épaisseur. Voilà qui nous amène aux inconvénients.

INCONVÉNIENTS:

1) Il faut donc mettre double d'épaisseur pour avoir le même pouvoir isolant que la laine de bois ou de mouton etc. Les constructeurs recommandent de ne pas dépasser 20cm, mais j'en ai mis par endroits jusqu'à 50cm, sans problèmes comme nous le verrons.

2) Evidemment, si vous en mettez une telle épaisseur pour transformer un angle aigu en angle droit par exemple, la surface de la pièce diminue! J'ai 2 pièces d'environ 33m2 qui n'en font maintenant plus que 28, les impôts ne voulaient pas me croire. Ma maison étant trop grande, cela ne m'a pas gêné, au contraire, mais quelqu'un déjà en manque de place devra bien peser cet inconvénient.

3) Si l'on veut le faire soigneusement dans des pièces qu'on habite en même temps, le jeté/truelle et la machine sont impossibles. Le faire entièrement à la main permet de bourrer/tasser dans tous les joints entre les pierres comme si c'était du mortier, et de créer un forte adhérence au mur qui est une des conditions pour ne pas être limité en épaisseur. Mais c'est très long à faire, c'est là l'inconvénient: pour une personne seule, compter environ 15m2 de mur par an si l'on fait plein d'autres choses en même temps, travail, jardinage, famille, écriture... Et l'année opérationnelle dure 6 mois avec le refroidissement climatique Les climato-croyants Dès qu'il gèle dehors il faut arrêter et attendre le printemps.

4) C'est très, très, très long à sécher. ça prend vite en 24h maxi, mais des gouttelettes d'eau percolent en surface tant que ce n'est pas sec, il faut compter 1 à 2 cm par semaine à 20°C, en dessous de 12°C, ça ne sèche quasiment plus, il faut soit chauffer, soit attendre l'été.... Les quelques endroits où j'ai mis 40 à 50cm ont mis plus d'un an à sécher, pour 20cm, il faut compter 3 à 6 mois. Tant que ce n'est pas complètement sec, il faut laisser un espace pour tout, donc ne pas plaquer des meubles au mur par exemple, ils moisiraient. Une fois que l'on ne se mouille plus la main en la passant dessus, il faut encore attendre 2 mois de plus avant de plaquer un meuble au mur.

5) Le moment où il faut vider le sac de chaux dans la bétonnière est très nocif pour la santé sauf si vous le faites en apnée ou en combinaison de plongée avec bouteillesSauvageGrand sourire, ou autre masque à gaz autonome. L'apnée coûte moins cherAime
 bien, c'est un excellent exercice à faire dès que le moindre nuage de chaux arrive à proximité de vos narines (manutention, ouverture du sac, vidage dans la bétonnière et début du malaxage avec l'eau, mais là on peut aussi s'éloigner et laisser tourner en surveillant le vent qui s'ingénie à souffler le nuage dans votre direction -les archanges peuvent s'incarner dans l'air-quand ce ne sont pas des esprits élémentaires qui n'ont rien d'autre à faire que de matérialiser la loi de l'emmerdemment maximum). 

Méthode de construction: 1) Pour les fortes épaisseurs

La perceuse donne l'échelle, il y a déjà entre 35 et 40cm d'épaisseur dans cette zone où je me rapproche de l'angle d'où est prise la photo. Un angle aigü est pas très bon géobiologiquement parlant, et là il est devenu droit ou presque, au prix de 50cm d'épaisseur en arrivant sur l'angle.

Je passe sur la façon de préparer le béton de chanvre ou "mélange chaux/chanvre". Cela se trouve sur d'autres sites. Ma préférence va à la chaux aérienne, plus perspirante, mais d'autres le font à la chaux hydraulique qui a l'avantage d'être moins chère.

Les constructeurs recommandent de ne pas dépasser 20cm, et effectivemment, si vous le faites comme indiqué, c'est plus prudent. En mettre plus épais demande certaines précautions, il faut prendre le temps de créer une forte adhérence au mur. S'il est lisse, il faut y mettre de grosses chevilles avec des grandes vis ou boulons avec rondelles très larges pour "armer" l'ensemble au mur. Pour un autre mur, j'ai mis un treillis métallique à mi-épaisseur. L'idéal sont les murs en vieilles pierres non-jointées ou jointées profond, qu'il faut commencer par nettoyer, ma préférence va à l'aspirateur. Ensuite, il faut bourrer du béton de chanvre dans tous les joints en le faisant rentrer à la truelle et en le tassant avec un bout de bois jusqu'au refus, avant de recouvrir dans la même passe pour que le tout soit homogène dans la solidité. Un autre avantage du béton de chanvre par rapport au béton ordinaire est qu'il prend 2 à 5 fois plus lentement, et la reprise sur une première couche colle dessus pendant 8 à 24h selon la température. Si vous continuez longtemps après, comme on peut faire toutes les formes qu'on veut, il suffit de faire des aspérités pour faire queue d'aronde, ou en forme de seins comme sur la photo ci-dessus.

Autre truc pour solidifier l'ensemble, s'il y a des poutres en bois à noyer dans le mur: visser de grandes vis sur le tour de la partie à noyer, comme on le voit sur la photo suivante.

2) Comment faire une voûte sans qu'elle vous tombe dessus au fur et à mesure que vous la faites?

L'adhésif blanc de protection permet de ne pas salir le plafond. Tout ce qui est entre cet adhésif et les pierres sera rempli. A droite, le piquet de clôture va loin à droite de la voûte dans sa parir déjà scellée. A gauche, une chevillette de maçon sacrifiée va servir d'accroche à une autre ferraille. Des grandes vis sont bien implantées tout le tour des 2 poutres, tenant des ferrailles de récup qui stopperont le béton dans sa chute avant qu'il prenne, tout en empêchant la chute de la voûte en cas de séisme.

Contrairement au béton classique, il vaut mieux utiliser des ferrailles larges, plates qui armeront l'ensemble tout en tenant le mélange chaux/chanvre pendant la prise. Pour la partie horizontale au dessus de la vitre, une fois l'accroche faites dans les joints comme pour les murs (plus difficile, ça a tendance à vous tomber sur la figure), il faut tasser au gant de plus en plus, et une fois dépassé les ferrailles plates, si ça ne bouge pas dans le quart d'heure qui suit, c'est gagné! Il m'est même arrivé d'insérer des bouts de plastic dur -comme le bout de tuyau sur la photo- ou des bouts de bois dans les ferailles pour en augmenter leur surface d'accroche.

Le gros de l'oeuvre se fait à la chaux grise. Plus on met de chenevotte de chanvre par sac de chaux  -donc par bétonnière-, plus le mélange sera isolant mais moins il sera solide. Avec 2/5ème d'un ballot de chanvre de 200 litres par sac de chaux de 20Kg, ça donne quelque chose de suffisamment solide tout en étant bien isolant, ça donne un béton qui pèse environ 350Kg par mètre cube plein sans aucun espace vide, soit 5 fois plus léger que le béton classique fait de ciment, sable et gravier. C'est cette légèreté relative qui en fait à la fois un matériel de construction et un isolant, la chenevotte de chanvre contenant beaucoup d'air, sans créer de vide pour autant!

Mais ce gris...béton n'est pas beau, et une fois fini avec la chaux grise, il faut remettre une denière couche de 2/3cm d'épaisseur avec de la chaux blanche, ce qui donne la couleur jaune pâle du fini de chez moi. Pour d'autres couleurs, il se vend toutes sortes de colorants qu'on rajoute à la chaux blanche dans la bétonnière, j'ai fait sans, le jaune pâle "nature" me convenant très bien. (Il est toujours possible de rajouter plus tard un très fin enduit d'une autre couleur, toujours avec la même chaux blanche).

La même voûte, la même fenêtre une fois finie!

L'angle de prise de vue est un peu différent, mais on reconnait très bien les 2 poutres, et une fois de plus, les formes sont arrondies de telle façon qu'il serait impossible d'en faire autant avec un coffrage

Et voilà! du gris on est passé au jaune clair, avec de jolis arrondis sur 3 côtés et une étagère sur le 4ème, en bas de la vitre. Plus trace des ferrailles et autres déchets armants et stabilisateurs. Ils réapparaîtront lors de la refonte dans le magma terrestre quand la Terre s'éloignera du Soleil après une collision avec des astéroïdes qui la fera grandir un peu et que tout recommencera à zéro une fois de plus Chapitres 31 à 34.

 

3) Rattrapage d'un mur qui n'était pas vertical car c'était autrefois l'intérieur d'une immense cheminée qui a été détruite dans les années 50.

Comme c'est un mur sud, je n'ai pas voulu mettre de la surépaisseur, et suis donc parti du minimum en bas du mur, là où il avançait le plus dans la pièce: il n'y a que quelques cm tout en bas, 10 au niveau des premières gaines du bas

Pour garder la verticale, l'épaisseur augmente en montant, et au sommet, il y a au moins 30cm,  sans compter les 2cm de finition en jaune clair qui seront rajoutés à la fin en peaufinant la planéité. (Pour le gris, je travaille à l'oeil, et j'utilise le niveau pour la finition). On voit les gaines électriques (en bio compatibles) qui vont être enfouies dans le mélange, plus près de la pierre que de l'intérieur, ce qui a un avantage: une telle épaisseur arrête complètement les restes de champs électriques qui pourraient subsister. Seul les restes de champs magnétiques passent partout, quelque soit l'épaisseur du matériel interposé. Le CEM est donc cassé, une personne électrosensible se sentirait bien dans ma maison, d'autant plus que j'arrête l'onduleur la nuit, ne laissant subsister que l'éclairage en courant continu, voir Mon CEA à la maison qui est la 1ère page des 3 consacrées aux écobricolages.

4) Confection d'un pilier très fin

Encore une voûte dont on ne voit plus les ferrailles enfouies ni les gaines électriques noyées dans le béton de chanvre. Mais en regardant bien, il y a derrière la vitre un petit pilier de la même couleur que les murs intérieurs. C'est lui qui va nous occuper dans le paragraphe ci-dessous.

La porte d'entrée débouche sous la véranda bio-climatique détaillée techniquement sur écobricolages page 2. A travers la vitre on voit un petit pilier de cette véranda, de la même couleur que la voûte au dessus de la porte. j'ai recouvert de béton de chanvre ce montant de la véranda fait de cornières métalliques, ce qui est d'un joli effet esthétique, quand on sort, on retrouve un rappel en miniature de la couleur qu'on vient de quitter. Depuis 2 ans, ce pilier très fin a subi des variations de température de -10 à +54°C, j'ai failli mettre un terme au maîtreGrand sourireen le faisant exploser. Or il ne s'est ni décollé du métal ni fissuré. Pourquoi? Dans tous les trous inutilisés des cornières métalliques, j'ai vissé un boulon de 6, le laissant dépasser de 2 à 4 cm en y rajoutant un écrou au bout pour faire "queue d'aronde". Le béton de chanvre un fois sec a été bloqué par cette ribambelle de petits boulons, et n'a donc pas bougé ni décollé du métal galvanisé qui n'est pourtant pas un matériel présentant une bonne adhérence! Il tient donc par sa forme et non par sa composition!

5) Des beaux arrondis, c'est très bon, géobiologiquement parlant!

A droite, l'arrondi de la voûte de la fenêtre qu'on devine après ainsi que celui de la gauche de la même fenêtre, et plutôt à gauche, l'arrondi de l'angle du mur.

Evidemment, avec des arrondis aussi larges, pas question de caler un meuble dans l'angle du mur, c'est du reste pas terrible du point de vue géobiologique. A la rigueur une colonne de CD ou un autre truc très fin qui reste bien dans l'arrondi, sans empiéter sur les parties plates du mur.

6) Improviser pour s'adapter à l'architecture

Un exemple à la fois d'arrondi et de forte épaisseur pour faire disparaitre les boisseaux de cheminée, nous sommes dans une chambre tout de même!

Les boisseaux enfermant les tuyaux du poële à bois auraient été moches dans une chambre, or ils dépassaient de 50 cm du plan du mur, dont 15 derrière, entre les boisseaux et les pierres. J'ai donc fait comme les sionistes, d'une pierre 3 coups, mais là, c'est pour une vraie bonne cause:

1) Enfouissement esthétique des boisseaux par une surépaisseur de béton de chanvre, de chaque côté et derrière, devant il n'y a que le minimum, 1cm avec de la chaux blanche. On peut dire que ce secteur sera superisolé!

2) Comme je ne pouvais pas mettre 50cm de mélange chaux/chanvre sur toute la largeur du mur, j'ai fait un bel arrondi à droite des boisseaux pour revenir progressivement à une épaisseur plus conventionnelle.

3) Avec 2 trous en bas et en haut des boisseaux, recouverts de chaux/chanvre sur les parois, il se crée une circulation d'air dans le boisseau qui permet de souffler un peu plus de chaleur dans la pièce, car j'ai pris la précaution de ne pas mettre des tuyaux isolés qui sont un non-sens écologique, source de pollution thermique!

 

7) Et pour finir, chantier en cours

Tous les stades sont sur cette photos, hormis le nettoyage des pierres. A gauche, une partie finie, au milieu une partie grise finie et sèche mais sans la finition jaune pâle. Et enfin à droite, une partie fraîche en cours de construction.

On voit bien la coupure temporelle quand il a fallu arrêter en fin d'automne 2016 et reprendre au printemps 2017. Au dessous de la fenêtre de gauche, il y a une partie dont le gris est fini mais sans la finition avec chaux blanche. Or cette partie grise finie à l'automne a séchée exceptionnellement vite et en hiver grâce à l'air chaud soufflé dès qu'il y a du soleil par les 4 tuyaux de 100 qu'on voit sous la fenêtre. C'est pour ça qu'elle n'a pas la même couleur que la partie fraîche située entre les 2 fenêtres. Ces 4 tuyaux viennent de la véranda bio-climatique située derrière, et soufflent de l'air chaud dès la première 1/2 heure de soleil, même en hiver.

Cette page se termine comme le serpent qui se mord la queue, car pour voir ce pan de mur terminé, il faut aller à la dernière photo de écobricolages page 2, qui introduit cette page 3 sur le béton de chanvre. En effet, comme les tuyaux viennent de ma "chaufferie solaire" détaillée sur la page 2, il fallait une photo de la trappe permettant d'ouvrir ou de fermer les tuyaux selon qu'on veuille chauffer ou pas, ou fermer après le coucher du Soleil pour que le système ne s'inverse pas en soufflant de l'air froid.Cour brisé

Dernier détail, à droite de la fenêtre de gauche, il y a les tuyaux isolés du fluide caloporteur venant des capteurs solaires thermiques, (voir Mon CEA à la maison) ils seront noyés sur la photo finale de écobricolages page 2; et c'est pour ça qu'il n'y aura pas de pierres apparentes sur la droite, mais seulement au-dessus et à gauche. L'élaboration d'une isolation en mélange chaux/chanvre ne peut donc pas se faire d'une manière cloisonnée/informaticus, mais pensée en fonction du reste de la maison, dont ma chaufferie solaire est le dernier exemple. Il faut faire du cas par cas et non du formaté.

Page terminée le 14 avril 2018, écrite pendant les pluies de ce printemps frais, faute de pouvoir jardiner, la terre étant encore trop froide, n'en déplaise aux réchauffistes! Les climato-croyants