Ecobricolages Page 1. Dernière mise à jour 24 août 2016

L'écolieu construit au départ avec des matériaux locaux: pierres de granit taillées au burin/marteau et bois de chataignier. Evidemment, avec toute la verroterie que j'y ai rajouté, le batiment a un peu perdu son cachet de maison ancienne, mais en contrepartie, elle chauffe sans chauffage!!!

La véranda bio-climatique (celle d'en bas sur la photo) qui chauffe la maison sauf par temps gris prolongé est techniquement détaillée sur la page "écobricolages suite". Sur celle-ci, je vais commencer par mon CEA maison.

N.B: CEA = Centrale Electrique Autonome .....et il n'y a pas que ça dans la pageSourire, au programme:

- mon CEA maison. Dernière mise à jour 24 mars 2016.

- des ampoules pour la vie et sans électronique.

- mon solaire thermique artisanal, la baisse de l'ensoleillement depuis 1975, because chemtrails.

- la machine à laver branchée directement sur l'eau chaude solaire. Un des records d'obsolescence électronique programmée, c'est WHIRLPOOL.

- Comment court-circuiter l'horloge électronique qui met un appareil hors-service alors que toutes les pièces sont encore en bon état.

- Piles et batteries rechargeables.

 

Ma CEA

Dernier perfectionnement de l'installation: remplacement du régulateur classique par un Tristar MPPT de chez www.ecosolaire.com comme l'onduleur et 19 des 22 panneaux du reste.

Du 9 au 11 février 2015, voilà 3 jours de beau temps froid sans un seul nuage ni chemtrail, conditions idéales pour tester ce nouveau régulateur puisque c'est justement quand les panneaux restent froids que le gain de rendement est le plus important. Résultats 11510W, 11370W et 11310W/jour au lieu de 9000W environ vers ces mêmes jours avec l'ancien régulateur. 

Revenons à la première version de l'installation qui fut achevée en janvier 2013.

 

Monter ses panneaux solaires pour consommer sa propre production implique que tout doit être fait pour avoir une production identique en décembre/janvier qu'en juin/juillet.

 Inversement, si vous vendez votre courant, peu importe de savoir quand il est produit. De plus, beaucoup de régions françaises ont des toits bien inclinés, plutôt dans la moitié Nord.

 Mais dans le sud de la France où la plupart des toits sont peu inclinés sauf en haute montagne, un revendeur lambda pourra produire 5 fois plus de courant au solstice d'été qu'au solstice d'hiver. C'est le cas d'un de mes voisins qui vends son courant à EDF, mais ça  devient éliminatoire pour un site isolé, sans compteur.

 C'est donc entre-autres pour ça qu'après l'incendie, j'ai d'abord décrété que l'architecte et le maître d'oeuvre, c'était moi! (Il a bien fallu un vrai architecte pour le permis de construire, mais je lui ai préparé le travail non administratif.)

 Cela m'a permis de concevoir ce pan de toit incliné à 45° alors que les 2 autres le sont à 15° pour l'autre pan sud, et 23° pour tout le pan Nord. En trichant un peu, j'ai mis 6 panneaux à 47°, 6 à 57°, et 4 à 75° sous l'ombre du toit pour qu'ils ne soient complètement au soleil que du 12 octobre au 28 février. Résultat sur 1 an d'observations?

 Par jour de plein soleil, la production varie assez peu du solstice d'hiver au solstice d'été. De 4,5 à 6,5Kw/jour et pas selon une courbe linéaire. Par exemple, lors des 15 jours de beau temps de la première quinzaine de décembre 2013, c'était du 5Kw/jour. Autour de Noël, il y a un petit creux d'une dizaine de jours vers 4,5 mais ça remonte très vite pour atteindre 6Kw fin janvier! Après quelques jours à 6,5, ça reste à 6 tout le mois de février. Ensuite, ça redescend très très lentement pour revenir à 5Kw/jour au solstice d'été...alors qu'il y a 10heures d'ensoleillement utilisables, contre 5 en décembre, mais chaque heure produit le double en décembre, c'est ça le but de l'opérationConfus!

 Les 16 panneaux sont montés en série de 4 pour s'adapter aux 48V nominaux de la batterie, en fait 50V, nous verrons ça. Et les 4 tranches de 4 panneaux en série sont, elles, montées en parallèle.

 Donc en théorie 1600w crête, en pratique, le record est pour l'instant de 1376w (à soleil égal, plus il fait froid, plus les panneaux produisent!)

 En décembre, sur 5 heures d'ensoleillement avant que le soleil passe derrière la montagne, 3 de ces 5 heures sont au dessus de 1000w/h  de moyenne. Dès le lever, ça démarre à 500w, et en 1 heure, c'est à 1000. L'après midi, c'est encore à peine descendu à 900w quand le soleil se couche derrière la montagne.

 Au solstice d'été, il y a 10 heures d'ensoleillement avant que le soleil passe derrière la forêt à l'Ouest. Mais cela démarre à 0w, 3 heures après on n'est qu'à 300w, et cela ne culmine qu'à 750w! Donc au final, ça revient au même, 5Kw/jour dans les 2 casClin d'oil

 Mais ce n'est pas tout de produire.

Quand on est comme moi, non relié au réseau EDF, il faut pouvoir stocker l'électricité.

 Pour ça, j'ai une énorme batterie de 2 tonnes en 25 éléments de 2V/1520Ah montés en série.

 De quoi stocker 50 à 70Kw, soit une dizaine de jours sans soleil sans se rationner, une vingtaine en se rationnant un peu, un mois en se rationnant beaucoup. Problème, moins on les vide, plus elles durent longtemps...jusqu'à 20 ans quand on sait s'y prendreAime bien...autrement dit, ce stock est à économiser d'autant plus qu'une période sans soleil dure longtemps, et inversement, pendant les périodes de beau temps, il y a trop de courant, alors plutôt que de laisser le régulateur le dissiper (cf. régulateur plus loin), c'est le moment de passer l'aspiro partout ou de mettre un petit radiateur électrique ad hoc pour avoir la chambre moins froide le soir..l'autonomie électrique, c'est un art de vivre! Cool

 

La gestion de la longévité des batteries se combine très bien à un principe écologique de base "oublié" de l'écologie franc-maçonne servie par les merdias sionistes: faire durer un maximum ce qui est polluant à la fabricationIncertain. Ceci dit, le plomb des batteries est entièrement recyclable, l'acide peut servir à dérouiller des vieilles ferrailles ou désherber entre les pierres de la cour de la maison, reste les coques en plastique...autrefois, on en faisait des pots de fleurs. Comme celles-ci sont transparentes, on pourrait en faire des aquariums ou des mini serres pour démarrer des plants de tomates et les protéger des dernières gelées blanches, vu leur format tout en hauteur......Le déchet ultime serait juste les couvercles en plastique gris et les bouchons...vertsGrand sourire(pas une blague, regardez la photo ci-dessous) .

25 éléments de 2V 1520Ah. Les connaisseurs diront : pourquoi 25(50V) et non 24? (48V) Nous verrons ça au chapitre du régulateur.

Les 2 circuits, pour se sortir d'une panne d'onduleur.

L'adhésif radioactif est de l'humour fourni par une directrice de labo d'analyses que j'ai dans mes relations. Je précise ça à cause de la paranoïa sécuritaire informaticus-pavlovienne qui sévit depuis un certain 11 septembre chez les homo débilus

 Dans une installation classique, le courant continu de la batterie, quelque soit son voltage, va ensuite vers un convertisseur/onduleur pour être transformé en 230V alternatif. Mais imaginez que cette machine tombe en panne, ça arrive, et vous êtes dans le noirMalade

 C'est pourquoi j'ai fait 2 circuits.

 Dans le premier, comme pour toute installation de ce type, le 50 volts continu de la batterie va vers un onduleur pur sinus de 3Kw permanent 4Kw en pointe qui le transforme en 230V alternatif.

 Mais il y a une seconde rangée de fusibles spéciaux pour courant continu, rangée du bas sur le tableau électrique de la photo au dessus. Et là, le courant de la batterie alimente directement l'éclairage sans passer par l'onduleur...que je peux même éteindre la nuit, en cas d'insomnie, les lumières fonctionnent sans besoin d'onduleur.

 Cela sous-entend que j'ai dû trouver des ampoules en 50 volts....introuvables, mais il y a du 12 et 24 en halogènes. J'en ai profité pour faire "la maison des ampoules éternelles" (du moins à l'échelle d'un siècle et à condition de les protéger de la casse).

 

Des ampoules qui ne grillent jamais.

 

Recette:

 

Un minimum d'électricité pour comprendre comment en faire des ampoules éternelles (jusqu'à ce que l'astéroïde nous tombe du ciel sur la tête).Sauvage

 C'est la façon de les brancher qui font les ampoules éternelles. N'importe quelles ampoules sans électronique peuvent convenir: lampes à incandescence si vous aviez fait le stock, lampes halogènes ordinaires, et halogènes éco 30%, les seules lampes éco sans électronique.

 Prenez 2 ampoules identiques 230V  d'une des catégories ci-dessus, et au lieu de les monter en parallèle comme dans n'importe quelle maison, montez-les en série. Et bien chaque lampe ne recevra que 115 volts, et du coup éclairera beaucoup moins mais sera quasiment éternelle car la durée de vie dépend de la température du filament. Avec 115V au lieu de 230, vous baissez la température de 2800 à 1600°, et la lampe ne grille plus. Seul inconvénient des montages en série: quand l'une des 2 pète à cause d'un choc, l'autre s'éteint, parce que le courant qui arrive à l'une passe par l'autre. Il faut aussi prévoir des ampoules assez puissantes, car la puissance totale sera divisée au moins par 3 dans l'exemple ci-dessus.

 D'ailleurs, je croise de temps en temps des personnes qui me disent avoir des halogènes avec variateur depuis 10 à 25 ans sans changer l'ampoule, et chaque fois je pose la question: "vous ne devez jamais mettre le variateur à fond?" réponse "non jamais, vers la moitié le plus souvent" Et voilà pourquoi les lampes fluocompactes sont arrivées sur le marché! Parce que celles-là, on ne peut pas les faire durer indéfiniment en les sous-alimentant! en dessous de 200V, elles ne marchent plus du tout, ou chauffent énormément, j'ai failli en faire fondre une en la mettant dans une lampe tactile dont l'allure minimum sous-alimente l'ampoule en abaissant la tension à 100 volts environ!!Sauvage Du coup, gardez-bien vos vieilles lampes tactiles, car en n'utilisant que la 1ère allure, la vieille lampe à incandescence ou halogène qui se trouve dedans durera plus longtemps que vous (sauf si elle était sur le point de griller et qu'un petit choc l'achève, aucune règle n'est absolue).

 Pour en revenir à ma batterie de 48 volts nominaux, j'ai donc monté des spots halogènes de 12V par 6 en série, ce qui ne fait que 8V par spot au lieu de 12 (6 X 8 = 48 comme 4 X 12 qui serait la norme). Chaque spot ne donne plus que 25W au lieu de 50, mais à 6 cela fait encore 150 W de lumière très bien répartie, et surtout, ils ne grilleront jamais à l'échelle d'une vie humaine. 

 Dans la cuisine, j'ai monté 3 lampes 24V/250W en série, qui ne donnent plus que 120W par lampe, ce qui est encore tout à fait lumineux pour la cuisine avec 360W.

 Et dans ma chambre comme dans un projecteur pour l'extérieur, j'en ai mis 4 en série, les mêmes. 

2 lampes 24V en série dans ce projecteur modifié comportant initialement 1 lampe 230V. Avec 2 projecteurs eux-mêmes en série, je retrouve mes 4 lampes en série sous alimentées de 50% donc quasi-éternelles, ce qui dans des projecteurs perchés à 10m du sol est un avantage de plus.

Du coup, la puissance tombe à 60W par ampoule, donc 240 au total, et la température des filaments est suffisamment basse pour les regarder droit dans les yeux, le "sun gasing" avant de dormir.Aime bienEt surtout, longévité maximum assuréeOh là là !

Et tout ça, sans onduleur, car s'il tombe en panne, il restera l'éclairage, et en bonus, cela libère de la puissance pour les autres appareils. Et pour les électrosensibles, CEM au lit = 0 puisque qu'avec cet éclairage indépendant en courant continu, il est possible d'éteindre l'onduleur la nuit, ce que je fais le plus souvent sauf les mois d'été à cause du frigo. (Ces onduleurs émettent un CEM non négligeable dans un rayon de 2/3m). Luxe suprême, ça ne m'a pas empêché de faire l'installation en bio-compatible, cables et gaines blindées...d'éteindre l'onduleur la nuit m'a permis de ne pas mettre d'interrupteur automatique des champs tout en ayant le même effet puisque plus aucun courant 230V n'arrive dans les fils la nuit.Clin d'oil 

2014. Meilleurs voeux et je continue.

Quand j'ai calculé mon installation, il venait d'y avoir des décennies avec 2500 heures de soleil par an, et surtout, très rarement plus de 2 ou 3 jours sans soleil. Les pluies tombaient en très peu de temps, genre 400mm en 3 jours, puis retour du soleil.

2012, à défaut de fin du monde, a marqué un net changement climatique ici, et à partir du 1er avril pour être précisGrand sourireGrand sourire Je rigole, mais le 1er avril est le jour en égalité astronomique au 11 septembre, voire ma page Bugs climatiques

Non non, ce n'est pas un poisson d'avril, mais après un dernier mois de mars 2012 très ensoleillé,  le temps est devenu encore plus chaotique qu'avant. Des périodes de 8 à 15 jours sans soleil sont apparues, ce qui n'arrivait jamais avant, et la moyenne est tombée à 2000 heures de soleil par an. Les pluies aussi ont changé. Fini les épisodes cévenols comme celui de début novembre 1996 qui m'avait rempli une piscine entière de 70 cm de haut (600mm d'eau en 3 jours). OU celui du 4 septembre 2010 avec 260mm en 6 heures. Le dernier fut celui de fin octobre 2011, ensuite, les pluies se sont étalées dans le temps, réduisant considérablement la moyenne de l'ensoleillement.

Mise à jour 13 octobre 2014. Après 3 ans sans épisodes cévenols, les revoilà, mais en plus des pluies étalées. CoolEn colèreMaladeSauvageN'aime pasHa ha

Nous en sommes aujourd'hui 17 novembre 2014 à 3,53m d'eau depuis le 17 décembre 2013, soit depuis 11 mois alors que la moyenne annuelle est de 1,70m à 1,80m par ici. Un record, que je détaillerais chronologiquement.

Retour au 17 décembre 2013, point de départ de ces relevés pluviométriques. Au début par exemple, il est tombé 470mm, mais ils se sont étalés du 17 décembre au 4 janvier au soir, la tempête de Noël est comprise dedans. Quasiment pas de vrai soleil pendant cette période..quelques rayons entre 2 perturbations, c'est tout. Le 15 février, ça continue, bien qu'avec moins d'eau: nous en sommes à 1008mm d'eau entre le 17 décembre et ce 16 février...Plus d'un mètre d'eau en 2 mois! et jamais plus d'une seule journée ensoleillée à la fois, 1 sur 4 ou 5 environ. Et dire que des anciens disaient qu'ici, c'était le pays des 300 jours de soleil par an...c'est fini. Et chaque mois c'est pareil. Mais il y a parfois l'inverse, comme la première quinzaine de décembre 2013 où il a fait beau tous les jours. Même avec ma production équilibrée j'ai donc tantôt trop d'électricité, comme début décembre, tantôt il faut se rationner pour ne pas trop vider les batteries.

Du 16 février à début mars, les relevés passent de 1008mm  à 1080mm, ça s'arrête peu à peu. Ensuite, de mars au 28 juin, le printemps a été sec...seulement 160 mm d'eau pour 4 mois, mais nous allions le payer cher.

En effet dès le 29 juin retour de la pluie donnant le ton du mois de juillet qui a été très peu ensoleillé avec 260 mm d'eau, suivi de 95 mm la première quinzaine d'août. L'été pourri! Ensuite presque sec pour un mois à part quelques mm par ci par là, l'été indien en septembre, mais encore une fois, nous ne perdions rien pour attendre.

Reprise de la pluie vers l'équinoxe, d'abord 65mm puis, coucou le revoilà fin septembre 2014, le premier épisode cévenol depuis celui d'octobre 2011: 375mm en 3 jours dont 300 en une nuit. Avec ça, cela faisait déjà 2m d'eau à 2cm près depuis 9 mois..au lieu de 1,75m de moyenne annuelle. On aurait pu penser que l'automne allait enfin être beau sec, avec toute cette flotte, forêts et jardins étaient luxuriants... les sources pleines débordantes....ça aurait été dans l'ordre des chosesCour

Que nenni! Cour briséParti en Provence quelques jours, je trouve à mon retour le 12 octobre une poubelle de 50cm de haut pleine d'eau...soit environ 400mm car elle n'est pas tout a fait cylindrique. Je me dis qu'avec ça, c'est fini...et ben non! Cour briséN'aime pas

Je la vide quand même au cas où.

Bonne pioche!! Dans la nuit du 12 au 13, voilà ma poubelle qui se rerempli et qui déborde, encore 400mm! Nous en sommes à 2,80m d'eau au total depuis 10 mois. Le déluge étalé, extrapolé pour 1an, cela fait 3,40m de moyenne annuelle.

Et bien pas besoin d'attendre 1 an,  ces 3,40m vont être atteints en moins de 11 mois, et pour les 11mois pile juste, nous en sommes lors de cette mise à jour du 17 novembre 2014 à l'incroyable hauteur de pluie de 3,53mMalade depuis le 17 décembre 2013! 

Dernière mise à jour puisque l'année de 365 jours est à présent écoulée: Du 17 décembre 2013 au 16 décembre 2014, il est tombé 3785mm d'eau soit 3,78 mètres! SauvageJ'ouvre une page sur les chemtrails puisqu'il y a un lien avec tous ces dérèglements climatiques, et que tout ne pouvait pas rentrer dans cette page initialement dédiée aux écobricolages de toutes sortes. Je reviens donc au sujet de mon CEA à la maison.

 Avec le sujet du régulateur et des batteries. Mais comme leur recharge dépend du soleil ou plutôt de sa réduction avec cette augmentation de la pluviométrie...

Quand il y a trop de courant, le régulateur encaisse le surplus pour ne pas abimer les batteries. 

Magie du système MPPT qui convertit en permanence la moindre surtension due à la basse température des panneaux par temps froid lors des alternances soleil/nuages: la puissance dépasse par moments la puissance de crête du total des panneaux qui est de 2340w exactement. Avec le régulateur ordinaire, le record instantané était de 2160w.

Au début, j'ai eu un gros problème pour adapter le régulateur aux batteries, car tous les petits régulateurs sont calculés pour des batteries monobloc de 12V, c'est à dire des batteries dont la densité de l'acide est élevée: 1,28 en général, parfois jusqu'à 1,32 comme les batteries de voiture (déconseillées en solaire, elles ne durent pas longtemps bien que j'en ai fait durer deux 6 à 7 ans). Or les grosses batteries vendues par éléments de 2V (qui pèsent déjà 80Kg pièce dans mon cas) sont souvent de densité d'acide plus faible, de 1,21 à 1, 26, 1,24 pour les miennes en théorie, en réalité j'ai mesuré 1,23.

 Plus la densité d'acide est faible, plus la batterie prend de place, mais plus elle dure longtemps. C'est pour ça qu'il y a bientôt 100 ans, est venue l'idée d'augmenter la densité de l'acide pour gagner de la place, comme sur les voitures par exemple. Mais c'est au détriment de la durée de vie.

 Les régulateurs "milieu de gamme" comme le mien, que j'ai aussi acheté chez écosolaire.com, sont programmables, mais même avec le programme le plus bas, la tension de fin de charge était encore trop élevée pour mes batteries à basse densité d'acide: c'est comme si à chaque fin de charge, je leur faisais subir une charge d'égalisation, alors qu'il ne faut pas en faire quand c'est inutile (c'est à dire tant que les éléments séparés affichent la même tension au multimètre et tant qu'il n'y a pas eu suffisamment de décharges/recharges, en pratique j'en fais une tous les 1 à 4 mois selon les profondeurs -faibles la plupart du temps- des décharges). Et pour savoir quand les faire, le mieux est de mesurer la densité de l'acide au pèse-acide (livré avec toute grosse batterie en éléments séparés), et d'en faire une dès que la densité à pleine charge a baissé par rapport à la valeur mesurée à l'achat. L'équilibre est là encore la  voie du milieu: si vous en faites trop souvent sans que ça se justifie (tous les 28 jours par exemple, homo-informaticus), les plaques s'effritent un tout petit peu à chaque fois et la poussière de plaques remplit l'espace vide en bas de la batterie, du coup, la batterie perd de sa capacité. Inversement, si vous oubliez de les faire manuellement quand c'est utile, des cristaux de sulfate se forment, faisant baisser la densité de l'acide à pleine charge, et donc la capacité. C'est donc Outreau ou pas assez pour abréger la vie.... de vos batteries, pas des enfants.

 Personnellement, elles ont conservé la densité d'origine avec seulement 4 charges d'égalisation depuis 1 an. Il est vrai qu'il n'y a jamais eu de décharge profonde, le plus souvent, je ne vide qu'1/10ème de la capacité totale...réservée au mois d'obscurité qui suivra la chute d'un astéroïdeMaladeSauvageMaladeBref, ne pouvant adapter parfaitement le régulateur à la batterie, j'ai adapté la batterie au régulateur en rajoutant un 25ème élément de 2V; ce qui portait la tension nominale à 50V au lieu de 48. La tension de fin de charge est de 56V à 25°C, et ça augmente quand la température baisse, 57V à 17°C, 58 à 9°C...

 (c'est bien américain: Morningstar est une firme californienne, donc ils ont référencé la température de base à 25°C comme si le monde entier avait le climat californien, alors que les régulateurs allemands sont référencés à 20°C, meilleure moyenne. Mais dans la pièce des batteries il fait 10°C tout l'hiver même quand il gèle, et 19°C maxi quand c'est la canicule dehors avec 33°C! (ça monte jamais plus haut, c'est la montagne!) Bref, c'est la clim naturelle, il ne fait jamais trop chaud dans les maisons en granit aux murs de 70 cm d'épaisseur, et comme j'y rajoute du béton de chanvre à l'intérieur, on arrive à 1 mètre...ça me fait penser que j'écrirais quelque chose sur le béton de chanvre dans la page écobricolages: suite puisque j'en fait un peu chaque année.

 Maintenant, avec ce 25ème élément de 2V, la tension de fin de charge de 56 à 58V ne dégaze plus ma batterie par survoltage permanent puisque j'ai réhaussé celle-ci de 2V. Du coup, ce sont les autres tensions occasionnelles qui sont un peu basses, alors pour l'égalisation, je ruse l'électronique en trempant la sonde de température dans l'eau  froide à 10°C, ce qui la fait remonter à 62V. Idem, la tension de floating  est un peu basse d'environ 1V, pas très important car il fait tellement de temps gris qu'elle s'établit rarement (sauf au delà de 3/4 jours de beau temps consécutifs du lever au coucher, une rareté): Il faut environ 4 heures en"charge d'absorption" à 56/58V sans consommer pour que ça bascule en floating. Quand ça arrive, on se débrouille pour utiliser le courant en trop plutôt que de le laisser se dissiper dans le régulateur, ce qui arrive donc progressivement pendant la charge d'absorption puis chaque fois que la batterie est en floating c'est à dire en français, en "charge d'entretien" quand la batterie est chargée à 100%. La charge d'entretien ne sert qu'à compenser l'auto-décharge, presque rien: pour ma batterie de 2 tonnes, un petit panneau solaire de 20 watts/48V nominaux suffirait à la maintenir en floating! Au soleil, tout le reste est perdu, à moins de choisir ce moment-là pour faire quelque chose qui consomme beaucoup: soudure à l'arc, chauffage électrique temporaire en sortant du bain à l'eau de source gratuite, ou même cuisine à l'électricité sous la véranda, le matin ou à midi mais pas le soir, la véranda est notre "cuisine de beau temps!" ça tombe bien quand on fait pas de feu, et ça économise du bois et du gaz, ce dernier rarement utilisé en fait, puisque dès que le poële à bois avec four fonctionne, on peut tout faire dessus à condition de ne pas vouloir y mettre 3 casseroles à la fois! Donc je ramène ma fraise, l'autonomie électrique, c'est un art de vivre!

 Maintenant, vu cette réduction de l'ensoleillement depuis le 1er avril (Grand sourirenon non!) 2012, je vais être obligé de rajouter des panneaux ou mieux, une petite éolienne à axe vertical qui chargera aussi la nuit, répartissant mieux l'intensité de la charge, ce qui est tout bénef pour la durée de vie des batteries.

 En juillet 2013, j'avais mis 3 photos, 2 du soleil et une de ma lunette astro, Mon album photo sur lesquelles je faisais des commentaires sur un refroidissement en cours. Et bien allez voir ce lien qui vient d'être publié (19 janvier 2014), ça va dans le même sens:

 http://www.atlantico.fr/decryptage/terre-face-mini-age-glaciaire-nasa-detecte-activite-solaire-particulierement-faible-958054.html

 J'aurais mieux aimé me tromper!!!!!

 1 an après, après étude, il s'avère que l'éolienne à axe vertical est inmontable car le site est innaccessible en véhicule et rien que le mat pèse 700Kg pour une éolienne d'1KW!. La baisse de l'ensoleillement m'oblige donc à recalculer la surface de paneaux pour l'augmenter.

Sur cette carte mon écolieu ne bébéficie plus que de 2200 heures de soleil par an au lieu de 2500 sur ma carte de 1975. Ce qui accréditerait la thèse que les chemtrails avaient commencé bien plus tôt que ce qu'on dit, peut-être parce que c'était dans
des proportions moindres et que l'augmentation s'est fait très lentement afin d'habituer les gens. Plus de détails dans ma pag e "chemtrails: inédits".

J'avais calculé les premiers panneaux en me basant sur l'ensoleillement des 50 dernières années et une carte d'ensoleillement de 1975 qui indiquait 2500 heures de soleil par an pour ici.

-En 2012, malgré les 3 premiers mois assez beaux, l'ensoleillement est tombé à 2000h tant la suite a été pourrie.

-En 2013, c'est descendu à 1700h avec un hiver interminable qui a duré 7 mois, jusqu'en fin mai, juin gris et frais en guise de printemps, et un été court de juillet à septembre. 

-En 2014, avec une pluviométrie de dieux fous (ou de chemtrails+haarp?) de 3785mm d'eau (3,78m!), l'ensoleillement est presque descendu à 1400h, pas plus que dans la région la moins ensoleillée de France.

J'ai donc rajouté 2 tranches de 48v aux 4 existantes, ce qui porte la puissance de crête à 2340w, le record mesuré étant pour l'instant de 2160. 3 tranches sont inclinées à 47°, 2 à 57° et celle qui est contre le mur reste à 75°, c'est le "boost spécial solstice d'hiver".

à partir des vacances de Noël 2014, revoilà enfin le beau temps, et les 22 et 23 décembre, il a fait si beau que ça a été l'idéal pour mesurer la puissance potentielle du système aux jours les plus courts de l'année: 6,95kw le 22 et 7,1kw le 23. Donc, on peut dire 7kW au solstice d'hiver; mais avec le régulateur classique.

Le plus que j'ai mesuré en mai et août a été 9,5kw, à peine 9 au solstice d'été; la production varie donc assez peu, et reste à 9kw 9 mois dans l'année, de février à octobre. Pendant les 3 mois restants, elle descend jusqu'à 7 progressivement en 6 semaines et remonte aussi vite à 9. Petite variation comparée aux  3 à 15kw chez mon voisin qui vend son courant à EDF! Le pari d'avoir une production constante sur l'année est à peu près gagné.

Voilà 2015, il fait enfin beau durablement! et du coup, j'ai trop de courant! Il faut s'adapter: la première quinzaine de janvier, je n'allume pas le poële, chauffe à l'électricité et ça économise du bois. Le bois, c'est gratuit et non polluant quand il est bien sec d'au moins 2 ans, mais c'est du boulot! et le boulot c'est polluantGrand sourire!{#smileys123.tonqueout}Mais là encore, ce beau temps annonçait les 50 cm de neige lourde tombés le 15 janvier, un mois plus tard elle est toujours là.

 

Voilà, mon CEA de fabrication personnelle semble maintenant bien au point, suffisant et fiable pour le lieu, et avec le remplacement du régulateur classique par un MPPT le 4 février 2015, les premiers chiffres sembleraient porter la production de 9Kw/jour au solstice d'hiver à 11,5 Kw/jour dès le 9 février comme mesuré en haut de la page. Je peux extrapoler que ce chiffre restera au moins constant jusqu'en novembre. A confirmer au prochain solstice d'hiver. Comme de plus, le gain de puissance du au système MPPT fonctionne moins quand les panneaux sont chauds, l'écart entre hiver et été devrait encore se réduire. Bilan définitif fin 2015.

Et bien voilà, c'est le moment puisque nous sommes le 16 mars 2016. Le bilan confirme mes prévisions:

- solstice d'hiver: 8,4Kw (tous ces chiffres par jour de beau temps)

- solstice d'été: 9Kw

- équinoxe de printemps: 11,8Kw, et d'automne: 11,5Kw

- production maxi, vers le 28 février: 12Kw, et presque autant autour du 12 octobre.

La descente vers le solstice d'hiver du maxi au mini + la remontée après du mini au maxi se font donc assez vite, en 4 mois 1/2, et le reste de l'année cela descend très très progressivement de 12 à 9Kw pour remonter tout aussi progressivement de 9 à 12. Donc au final, une production quasiment constante sur l'année vu que le seule période un peu faible, entre 8,4 et 9Kw, ne dure qu'un mois. La centrale semble donc fiable et durable, et après 5 ans depuis l'achat, les batteries comme les panneaux semblent encore à l'état neuf.

 

Maintenant, j'ai d'autres écobricolages à partager. Des écobricolages non-pasteurisés comme l'écologie maçonnique que les merdias sionistes vous servent à des fins manipulatrices sur lesquelles je reviendrai...et dans laquelle s'égarent des écolos même de bonne foi. Pour comprendre la contestation organisée, voir La longueur d'avance .

 

 

 

1/3 de panneaux en plus pour compenser la baisse de l'ensoleillement d'avril 2012 à fin 2014. Photo prise au solstice d'hiver, c'est l'heure du bilan.

Le solaire thermique: des bains à bulles par beau temps, et des toilettes de chat quand les nuages restent plus de quelques jours.

Avant même que ces 2 premiers capteurs ne soient construits, il y avait déjà le ballon solaire de 300l. En effet, puisqu'il fallait un ballon d'eau chaude pour la nouvelle salle de bains construite en 2003, j'avais tout de suite opté pour un ballon prévu pour le solaire: un ballon solaire peut fonctionner à l'électrique mais pas l'inverse: "qui peut le plus peut le moins". Donc, de 2003 à 2005, le ballon solaire a été utilisé comme un ballon électrique ordinaire, puisque les capteurs n'étaient pas encore installés.

 

Les 2 premiers capteurs artisanaux construits pendant l'été 2005.

Supports des 3 capteurs en planches de coffrages et piquets de clôture. Ce qui n'empêche pas que tous les tuyaux soient bien calorifugés.

 

Les 2 premiers capteurs solaires sont un modèle d'artisanat/récup: Il m'ont coûté en tout 200€. Vitres troquées, piquets de clôture déjà en stock depuis longtemps...., planches de coffrage, quelques cartouches de silicone, le prix du tuyau de cuivre et de la soudure à l'étain, un sac de raccords en T bradés à "toutstock". Mais j'y ai passé tout l'été, time is money!

 

 

 

L'année suivante j'ai installé une vraie pompe avec son régulateur "Diemasol A" (De Dietrich)pour faire circuler l'antigel (fluide caloporteur). Mais ces 2 capteurs semblaient encore sous-dimensionnés pour un ballon de 300l. Je décidais d'acheter un capteur perfomant que je montais en série après mes 2 capteurs artisanaux en 2007.

Le capteur du commerce en série avec les 2 capteurs artisanaux

Ce capteur comme les 2 premiers sont inclinés à 46° Température de plafonnement des 300l d'eau chaude: 75° de mars à octobre, 50° au solstice d'hiver.

 

Autrement dit, le fluide caloporteur froid passe d'abord dans les 2 capteurs artisanaux, puis continue de se réchauffer en passant dans le 3ème capteur. Et là enfin, j'eu des températures suffisantes pour chauffer mes 300l en toutes saisons, à condition qu'il y ait du soleil. Seul différence avec ce nouveau super-capteur: son super-prix! là, je vis la différence: 1300€!

 

Mais bon, le système fonctionnait....

 

Car dans les capteurs, il y a 2 sondes de température, une à la sortie et une à l'entrée, plus une troisième en bas du ballon solaire. La quatrième est un thermomètre situé en haut du ballon solaire. 

 

3 sondes de températures arrivent à ce régulateur qui met en route la pompe si il y a plus de chaleur dans les capteurs solaires que dans le ballon solaire, et l'arrête quand ça s'inverse.

 Donc les 3 premières sondes sont branchées sur ce régulateur et c'est grâce à leurs indications que le régulateur met en route la circulation du fluide caloporteur quand la chaleur du capteur est supérieure à celle de l'échangeur de chaleur situé dans le ballon; et la stoppe quand les capteurs deviennent moins chauds que le ballon. Petit bijou de technologie qui permet de ne pas perdre de la chaleur et d'utiliser au mieux celle qui arrive.

Et voilà enfin nos 300 litres d'eau chaude.....

Au milieu, les 2 vases d'expansion de voitures anciennes qui servent ici à absorber la dilatation du fluide caloporteur.

.....qui se conservent plus longtemps grâce à la laine de mouton qui entoure le ballon solaire (3°C de perte par nuit au lieu de 10°C sans la laine de mouton...comme quoi les chauffe-eau du commerce sont mal isolés (qu'ils soient solaires ou électriques, une cuve isolée -bien ou mal- reste une cuve isolée!).

 

 Les machines à laver à 2 entrées d'eau, une demi-arnaque rectifiable par les bricoleurs!.....en évitant une marque de machine dont l'électronique programme une panne moteur entre 2 et 3 ans.

 

Laver son linge directement à l'eau du chauffe-eau solaire, l'électricité ne servant qu'aux moteurs et à l'électronique de la machine...l'idée a plus de 40 ans, et depuis une dizaine d'années, on a vu apparaitre des machines à "eau alternative", ou à 2 entrées d'eau, froide et chaude. En effet, c'est le chauffage de l'eau à l'électricité dans la machine qui consomme le plus.

 J'ai été déçu à la 1ère lessive, car je me suis tout de suite aperçu que la machine remplissait d'abord avec de l'eau froide, environ 1/3, puis le reste avec de l'eau chaude. Même moitié/moitié pour les programmes synthétiques et même presque pas d'eau chaude pour les programmes délicats. Résultat: le mélange final est de l'eau tiède, et l'appoint électrique se met quand même en route.

 2 raisons à ça:

 1) ménager la chèvre et le chou, à savoir les gros producteurs d'électricité d'un côté et les écologistes de l'autre. EDF vend son courant et les écolos se contentent d'une demie économie....quand ils découvrent la supercherie.

 2) Les ingénieurs qui ont conçu ces machines sont des homo-informaticus, et ont donc supposé que tous les chauffe-eau solaire et électriques sortaient de l'eau chaude à 75°C. Alors, pour ne pas abimer du linge avec de l'eau trop chaude, ils ont pensé faire moitié/moitié pour faire tiède dans tous les cas: solution de masse = pas de réflexion personnelle....que voici donc:

 - dans les régions à eau calcaire, de + en + de gens baissent leur thermostat à 50 ou 55°C pour entartrer moins vite leur chauffe-eau.

 - Il n'y a pas du soleil tous les jours, ou alors la lessive peut être faite en fin de journée, quand toute la maisonnée a utilisé l'eau chaude, dans tous ces cas, ce qui reste dans le chauffe-eau ne sera qu'à 40°C par exemple, bon pour la machine sauf qu'avec de l'eau froide rajoutée, l'eau sera presque froide au final.

 Donc, il faut modifier l'installation de base pour que l'eau remplisse directement la machine à la température souhaitée, ce que j'ai fait.

 

Bon exemple d'invention bien intentionnée mais sous-exploitée pour ne pas déplaire aux gros producteurs d'électricité.

Le principe est de ruser l'électronique de la machine en faisant en sorte que l'eau qui rentre par l'entrée d'eau froide soit éventuellement déjà chaude, avec un système à température réglable

Il faut donc intercaler une vanne en Y entre l'arrivée d'eau froide et le robinet d'eau froide de la machine. La 3ème branche de la vanne sera reliée à l'arrivée d'eau chaude. Ce qui donne:

- position normale quand la machine ne tourne pas ou que l'eau du chauffe-eau est vraiment trop chaude pour le programme choisi: l'eau froide traverse la vanne vers le robinet d'eau froide de la machine.

- position pour que la machine se remplisse entièrement à l'eau chaude: la 1ère manette ferme l'arrivée d'eau froide; La seconde manette laisse entrer l'eau chaude dans le robinet d'eau froide de la machine. La machine est donc cernée: de l'eau chaude rentre par ses 2 entrées.Grand sourire

Il faut prévoir 5 à 10°C de chute de température au remplissage, par exemple si vous voulez faire une lessive à 40°C, l'eau du chauffe-eau de 45 à 50°C donnera 40 une fois la machine remplie, le linge et le métal du tambour refroidissant un peu l'eau. Donc, on ne risque rien à remplir 10° de plus que la température choisie.

Après, tout est dans l'expérience, on peut, en ouvrant la seconde manette partiellement, moduler la température comme on veut, et régler en évaluant la température en pinçant le tuyau de cuivre entre 2 doigts d'une main tout en bougeant la manette de l'autre main et repérer le changement de température. Pas besoin d'un thermomètre de haute précision, faites fonctionner votre cerveau que Diable! Ceci dit la version luxe de mon système pourrait intégrer un thermomètre pour régler sans avoir à évaluer.

Et puisque luxe il y a, il est aussi possible, une fois l'eau de lavage remplie, de laisser la manette entrebaillée pour que les rinçages se fassent à l'eau tiède, vers 30°C, cela enlève mieux les résidus de lessives Aime bien mauvais pour la santé, et le linge est plus souple à la sortie de la machine, et on se gèle pas les doigts en l'étendant par temps frais, bichette, c'est la vieillesse!Choqué

Ici les manettes sont en position "full hot" pour ruser l'électronique de la machine, et en ouvrant plus ou moins la manette du haut (de droite) on peut régler la température de l'eau si elle est trop chaude de plus de 10°C que le programme souhaité.

Ici, les manettes sont en position normale ou si l'eau est beaucoup trop chaude pour le programme choisi.

 Inconvénients

Rien n'est gratuit dans la nature, et comme je ne cherche pas à vendre mon système, voici la liste des inconvénients.

 Pendant que les manettes sont en position "full hot", les autres entrées d'eau chaude de la maison débitent de l'eau tiède. Mauvaise surprise pour la personne qui serait sous la douche pendant qu'une machine se remplitCool Mais tout rentre dans l'ordre dès que les manettes sont en position "normale"

 0n m'a dit que les électrovannes "eau froide" n'étaient pas prévues pour de l'eau chaude, et qu'elles allaient fuir très vite.Donc , une fois de plus, je sers de cobaye à mes propres inventionsCour brisé Depuis un an que mon système fonctionne, tout va bien. Peut-être que cela dépendrait des constructeurs, certains ne voulant pas s'emmerder à mettre des électrovannes différentes et donc les alignant toutes sur l'eau chaude. D'autres plus mesquins auraient prévu des électrovannes eau-froide anti-bidouilleurs qui fuiraient dès qu'on y met de l'eau chaude...marques à boycotter dès qu'elles seront identifiées.

 En attendant, dans le doute, j'évite les trop hautes températures, lavant en général de 40 à 60°C Et si un jour, mon électrovanne eau froide se met à fuir, je ne manquerai pas de le publier avec la marque de ma machine. 

 Dernier inconvénient: le tuyau flexible "eau froide" est estampillé "25°C maximum". J'y ai déjà fait passer de l'eau à 70° sans problèmes, mais pour plus de sécurité, il est possible de le remplacer par un second flexible "eau chaude".

simplification du système après 18 mois de fonctionnement

Plus qu'une manette! Mais c'est une spécificité du réseau d'eau de source d'ici qui a permi cette simplification.

Plus qu'une seule manette!

Ma grande maison a la particularité d'avoir 2 arrivées d'eau distantes de 15m de tuyaux. L'eau froide arrive vers la machine sans perte de pression. Par contre l'eau chaude arrive d'abord par l'autre arrivée qui va ensuite vers le ballon solaire dont la sortie doit ensuite revenir vers la machine. Total, plus de 20m de tuyaux plus la traversée du ballon solaire, soit suffisamment de pertes de charges pour que l'eau froide passe en priorité quand les 2 vannes chaude et froide sont ouvertes à égalité. Du coup, la vanne "eau chaude" peut rester ouverte tout le temps, et c'est pour ça que j'ai déboulonné la manette devenue inutile. L'eau chaude passe quand on ferme l'eau froide, quand on l'entrebaille c'est un mélange et quand on ouvre l'eau froide complètement, sa pression bloque le passage de l'eau chaude même quand sa vanne reste ouverte. C'est beaucoup plus simple d'emploi et de réglage, il n'y a plus qu'une seule manette.

 

 

Mon système a donc très bien fonctionné pendant 2 ans 1/2. Jusqu'au jour de la panne électronique programmée à la fabrication.

Un claquement, et le tambour s'arrête de tourner en pleine lessive. L'écran affiche "panne F22"

Ce n'est donc pas du tout une électrovanne eau froide qui à lâché comme je le craignais un peu, mais, selon le mode d'emploi; "panne F22: module électronique en panne, effectuer une RAZ" (il faut aller sur internet pour trouver ce qu'est une RAZ, c'est une remise à zéro qui permet juste de récupérer son linge non rincé non essoré, et cette RAZ laisse la panne F22 quand on essaie de redémarrer la machine) RAZ....le BOL!...RAZ le POOL! parce que WHIRL, vous allez comprendre.

Je vais donc sur des forums et là, surprise!! il y a plein de mécontents de ces machines à laver WHIRLPOOL qui ont eu des pannes F22 ou F13, quelquefois F8.

Déjà ces détails numérologiques donnent une indication sur les concepteurs de cette électronique à leur image. Si c'était des démocrates sains d'esprit, la première panne serait F1, la seconde F2 et la 3ème F3. Non, 11 et 22 sont les maitres-nombres de l'arrogance (jours d'attentats, coups d'état etc) pour les kabalistes paranoïaques, et le 13 est un porte bonheur pour les sionistes pédocrim (Judas est le "bon traitre" qui à empêché le monde d'évoluer, car ces gens sont avant tout du passé et ils ont raté l'évolution du prédateur -sexuel, financier etc- vers le coopérateur universel). Donc les chiffres trahissent déjà l'évolution retardataire à la base du marketing de la marque WHIRLPOOL. Quand au F8, la panne la moins courante, un des aspects du 8 en numérologie kabaliste est fortement lié à l'argent. Avec ce détail, le puzzle se précise, il s'agit de faire des machines qui durent peu pour que les gens en rachètent plus souvent.

Il faut aussi qu'elles coûtent cher à réparer à tel point qu'il vaut mieux en racheter une. Oui mais à faire l'obsolescence trop courte, les gens sur les forums disent qu'ils rachèteront une autre marque, et pour ma part je vais racheter allemand, ce sont encore les plus durables.

A trop prendre les goys pour des imbéciles, l'obsolescence trop courte se retourne finalement contre leurs concepteurs "élus", et inversement, quelqu'un dont la machine Miele ou Siemens a bien fonctionné pendant 15 ans rachètera la même marque.

Et pour tourner la page, bonne nouvelle, grâce à l'amélioration de mon système, plus besoin d'une machine à 2 entrées d'eau, une machine ordinaire avec une seule entrée d'eau froide fera l'affaire puisque je peux moduler comme je veux la température de l'eau rentrante. Il me suffira de penser à baisser la température une fois le lavage effectué, pour les rinçages.

Du coup, cette obsolescence programmée de chez Whirlpool m'aura montré qu'avec un peu d'astuce, on peut faire fonctionner une machine simple de la même façon qu'une à 2 entrées d'eau. Pourquoi? Grâce au lot de consolation que j'ai démonté avant mise à la casse, le décorticage des électrovannes "eau froide" et "eau chaude" de la machine Whirlpool montre qu'elles ne sont pas fondamentalement différentes, et que ce n'est pas ça qui a mis ma machine en panne électronique. Rien à voir.

Quelle panne? Donc, avant de me plaindre au SAV whirlpool France, j'ai entrepris d'acheter une carte pour remplacer celle donc un seul composant sur 1000 avait grillé. Et bien avec la nouvelle carte, rien de changé!! Je me rappelle alors avoir lu sur un forum la même mésaventure arrivé à un internaute à qui le réparateur répondit que les cartes électroniques étaient appariées avec les moteurs, et qu'il fallait changer le moteur avec, même si les enroulements étaient encore bons à l'ohmmètre... 300€ de moteur plus 200 de carte = une machine neuve d'une autre marque bien choisie. Renseignements pris, WHIRLP00L a déjà été condamné à une amende suite à une plainte de Que Choisir.

Le SAV veut un devis, incapable de traiter mon cas particulier d'auto-réparateur non-patenté, bref, j'ai eu affaire à un homo-informaticus débilus, parfait superchimpanzé au cerveau pavlovien. Ce n'est qu'après leur refus catégorique que j'ai commencé à publier. 

Cette aventure m'aura quand même coûté suffisamment cher pour qu'un mécanisme de karma se mettre en route afin de faire fonctionner la justice immanente à l'attention de tous ces fainéants qui veulent vivre du commerce parasitaire sans toucher un manche d'outil pour faire leur jardin, autre que le manche à couilles que certains d'entre-eux vont toucher lors des soirées pédocriminelles qu'ils vont fréquenter. Mais ceci est une autre histoire, quoique.......en les mettant tous dans une grande machine à laver, en ressortiraient-ils propres? Grand sourireGrand sourireGrand sourire 

Pas sur. La dégenerescence du cerveau est devenue telle que ces individus irrécupérables (mafieux, pédocriminels de réseaux, banksters et autres parasites du commerce dans leur genre) ne se réincarneront pas. Leur information de leurs vies passées retourneront habiter des roches, laves des volcans etc... autrement dit, ils recommenceront tout, au stade minéral.

C'est ainsi qu'ont peut se libérer de la roue des réincarnations par en haut en devenant un être réalisé, c'est du moins ce qu'il ressort de certains enseignements orientaux, mais ce que j'ai vu dans la mémoire de la nature montre qu'on pouvait aussi s'en "libérer" par en bas, en n'étant même plus assez humain ni animal ni végétal pour revenir occuper une fonction quelconque sur la planète. Donc, retour au minéral pour tous ces déchets de l'évolution.Pleure

 Certains pourront être intégrés dans des métaux entrant dans la composition de......machines à laver par exemple! MaladeAime bien

 Le serpent qui se mord la queue peut-être beaucoup plus long qu'on se l'imagine de la tête à la queueHa haSauvage

 

Comment court-circuiter une horloge électronique programmant la mise en panne d'un appareil encore en bon état. 

Ma machine avait peu servi, une lessive tous les 15 jours en moyenne. Celles des internautes ayant raconté leurs mésaventures sur des forums avaient par contre beaucoup plus servi. Cependant, la durée de mise en panne était la même dans tous les cas, environ 2ans1/2 à 3 ans. Cela signifie que ce n'est pas le nombre de lessives qui est déterminant, mais le nombre de mois, d'années... Pour que toutes les machines ne tombent pas en panne à la même durée de vie exactement, il doit y être adjoint un programme aléatoire mais avec une fourchette de dates.

Vous voulez déjouer les plans de ces sous... humains? Débranchez la prise entre chaque utilisation, l'horloge mettra plus longtemps avant d'atteindre la date aléatoire de mise en panne électronique.... Je n'ai pas trouvé de pile/mémoire en démontant la machine, ça devrait être efficace.

N'oubliez pas, une fois la prise débranchée, d'activer la mise en route (il se peut que le cadran s'allume une fraction de seconde), cela déchargera les condensateurs qui risqueraient d'alimenter l'horloge quelques jours avant leur décharge complète.

 

 

Les piles de la photo ont de 27 à 32 ans!!...et fonctionnent encore

J'avais acheté la pile allongée sur les autres en avril 1982. Celle de gauche en 1987 et les autres en 1986. Elles fonctionnent encore toutes même si elles n'ont plus la puissance d'origine.

"Qui veut tuer son chien dit qu'il a la rage" (proverbe). Un exemple avec les piles rechargeables NiCD.

 

Une seule catégorie de piles pouvaient durer aussi longtemps.... et comme par hasard, elles ont été retirées de la vente, toujours au nom de l'environnement. Voyons ce qu'il en est réellement.

 

Toutes les piles rechargeables ou batteries ont un inconvénient: quand on les laisse se décharger, elles se détériorent toutes seules si elles ne sont pas rapidement rechargées.

Il en est ainsi des batteries au plomb, des piles NiMH, des batteries lithium/ion. Si vous les oubliez dans un tiroir alors qu'elles étaient presque déchargées, quelques mois plus tard et cet oubli vous coûtera cher: la pile ou la batterie ne tiendra plus la charge, ou aura perdu de sa capacité et/ou de sa puissance instantanée. Dépassez un an et elles seront bonnes pour la décheterie.

Pour les piles NiCd, c'est le contraire, et se sont les seules à être dans ce cas: c'est au contraire vides qu'elles se conservent le mieux!  Vous pouvez en oublier une au fond d'un carton, quand elle est retrouvée 3 ans plus tard, elle refonctionne comme une neuve une fois rechargée!Aime bien

Et comme par hasard, ce sont celles-ci qui ont fini par être retirées de la vente, au nom de l'écologie: le cadmium pollue!

Voilà une phrase pavlovienne d'ordinateur vivant, car elle ne résiste pas à un bilan complet. Certes, une pile NiCD polluera beaucoup plus qu'une pile NiMH pour son élimination en décheterie et sa fabrication, mais s'il faut changer la pile NiMH tous les 5 ans et que la NiCD dure 30 ans, qu'est-ce qui polluera le plus à la sortie?

Car non seulement la pile NiMH sera multipliée par 6, mais aussi son emballage, son transport par des fourgons diesels puants aux livreurs conduisant comme des fous et polluant donc le maximum autant par les micro-particules du diesel que par celles dégagées par tous les freinages générés par cette conduite chargée de tout l'émotionnel inconscient refouléTriste

Si l'on fait l'addition finale, même si le cadmium pollue plus que l'hydrure de métal, à la sortie, les bonnes vieilles piles NiCD avaient un impact écologique global certainement bien inférieur à celles qu'on nous présente comme moins polluantes.

Pour les batteries lithium/ion, c'est encore pire. Comme pour les vieilles batteries au plomb, 3 semaines déchargées et c'est la mort ou le handicap sérieux (se décharge seule de plus en plus vite). Heureusement qu'elles ont quand même une contrepartie: elles tiennent beaucoup moins de place à puissance égale.

Les mafieux de l'obsolescence programmée ont fait les choses très progressivement à tel point que personne n'a rien vu. Voyons comment.

Il faut savoir que la vitesse de recharge influe beaucoup sur le nombre de cycles charges/décharges que pourra fournir la pile ou la batterie.

Par exemple, sur ma pile de 1982, il était écrit "dure 1000 à 2000 cycles selon la vitesse de décharge". Car la vitesse de décharge influe aussi. Mais pour la charge, aucune indication car à l'époque, il n'y avait pas de chargeurs à charge rapide. Ceux qui se vendaient chargeaient les piles en 12 à 24h environ.

Les mafieux de l'obsolescence programmée ont donc commencé par réduire la durée de vie des accus NiCD en commercialisant des chargeurs à charge rapide. En effet, en chargeant vos piles en 1 ou 2h au lieu de 12 à 24, le nombre de cycles charge/décharge tombe à 300 environN'aime pas

Donc, première étape, ramener la durée de vie des piles NiCD à une durée de vie voisine des piles NiMH en accélérant considérablement la vitesse des chargeurs.

Si des consommateurs informaticus se sont laissés prendre à ce piège parce que trop pressés, d'autres ont continué à préférer les chargeurs à charge lente..et aucun argument écologique pour les retirer de la vente, ceux-là.

Donc, seconde étape, on monte en épingle "l'effet mémoire" des piles NiCD, en évitant de trop montrer comment l'éviter: décharger la pile complètement de temps en temps.

Mais les piles NiCD devaient encore bien se vendre, à l'époque où on trouvait en rayons encore les 2 types de piles (NiCD et NiMH, jusque vers 2007).

N'y tenant plus, les mafieux fainéants voulant vivre des ventes plutôt que de faire leur potager ont carrément obtenu l'interdiction à la vente des piles NiCD, au nom de l'environnement, mais nous avons vu ce qu'il en était réellement.

Encore un exemple de manipulation des foules, qui, tant qu'elles ne se seront pas éveillées de façon équilibrée, c'est à dire à soi et au monde L'éveil polarisé en2 , esprit et matière, permettront à des pourris de prospérer...toujours au nom de l'écologie!Cour
 brisé

Ce n'est pas le sujet de la page, aussi je vais être très succint, mais je signale au passage que c'est d'ailleurs le même type de manipulation qui est utilisée en politique, par exemple pour trouver un nouveau prétexte de destruction de la Syrie, la première tentative ayant échoué:

Première étape: on fabrique un ennemi antipathique à l'opinion publique à côté de la Syrie, en Irak, à savoir l'état islamique armé par les USraeliens via des intermédiaires comme le Qatar. (le cadmium pollue)

Seconde étape: on laisse cet ennemi commettre des massacres pour avoir une raison d'intervenir. (ces vilaines piles ont un effet mémoire anti-démocratique et désagréable).

Troisième étape: on intervient en Irak où ils sont. (augmentation de la vitesse des chargeurs pour réduire la durée de vie des piles, ça leur apprendraCool.)

Quatrième étape: ils s'enfuiront en Syrie où ils seront pourchassés. (interdiction des piles NiCD à la vente, et stimatisation de ceux qui les utilisent encore par des écolobêtes manipulés)

Cinquième étape: profitant du chaos, les mafieux illuminati essaieront ce qui a raté en 2012: renverser l'état de Bachar el Assad. (les batteries lithium/ion renversent même les piles rechargeables NiMH, mettant fin à l'indépendance énergétique pour les petits appareils -photo, camescopes, mobiles, ordinateurs portables  etc... puisque la durée de vie lithium/ion est très courte et ne supporte pas la moindre fausse manoeuvre, alors que les piles ou batteries NiCD étaient au contraire très solides, pouvant même encaisser quelques courts circuits et rester des années à plat sans s'abimer; et que les piles NiMh avaient au moins l'avantage d'être au format standard et vendues partout. Maintenant, si votre batterie est morte, vous jetez votre camescope contre un neuf  , voilà où l'interdiction des meilleures piles "au nom de l'environnement" à mené: à un remplacement de plus en plus fréquent de tous ces appareils).

Vous avez compris la comparaison? Derriere ces 2 phénomènes complètement différents, il y a le même processus:

- créer un ennemi (le cadmium et l'effet mémoire ou l'état islamique et la soi-disant dictature de Bachar)

- pour avoir un prétexte pour renverser ce qui dessert les mafieux sous-humains ( la solidité des piles NiCD et de la Syrie de Bachar) Vous êtes plus qu'un logiciel programmé par les médias sionistes, faites travailler votre cerveau!!{#smileys123.tonqueout}